Salut! Identification

Recherche avancée

Pensées en vrac sur l'identité sexuelle

Envoyé par Slipatrou 
Ce forum est en lecture seule. C'est une situation temporaire. Réessayez plus tard.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
vendredi 17 mars 2017 04:02:13
Citation
LPA_

Le truc qui me fait tiquer, c'est de comparer les trans binaire et non binaire à des malades mentaux. Être homme ou femme oui, mais être genderfluid, demigirl ou autre, c'est avoir un trouble mental.

Parler de trouble de l'identité n'est pas une insulte, ou péjoratif. Considérer que quelqu'un qui est persuadé d'être une fille en ayant toute la caractéristiques physiques et génétiques d'un garçon, hormis le concours de celui qui sera le plus tolérant et progressiste, je ne vois pas en quoi c'est si grave de classer ça "trouble de l'identité sexuelle".

Il me semble que ce sera encore d'ailleurs considéré comme un trouble mental par les manuels de l' OMS jusqu'en 2018, année à laquelle ce sera retiré, avec l'argumentaire consistant à dire que ce n'est pas une maladie puisque la souffrance des personnes concernées ne provient pas des symptômes mais des interactions sociales négatives qui en découlent.

Bon bah on peut retirer le trouble de la personnalité narcissique de la liste également, après tout, les personnes touchées souffrent rarement de leur trouble.

( et je le dis sans porter le moindre jugement de valeur, je ne pense pas que ça change la valeur de quelqu'un que d'avoir ce que je considère comme un trouble de l'identité. )
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
vendredi 17 mars 2017 09:47:36
Citation
Krigz
Il existe un topic sur les définitions des mots dans ce forum ? Non parce que ça fait longtemps que j'ai brûlé mon dictionnaire, il connaissait même plus ce que vous dites.

Et je parle même pas du dernier post de LPA sur les genderfluid demigirl et compagnie.

Google. Bon, même comme ça ça suffit pas toujours, mais sinon il n'y a pas grand chose …


Trouble pas péjoratif ? Pour beaucoup ça l'est … Ça me fait penser à l'homosexualité classé comme maladie psy il n'y a pas si longtemps :/
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
vendredi 17 mars 2017 10:42:35
Citation
LPA_
Trouble pas péjoratif ? Pour beaucoup ça l'est … Ça me fait penser à l'homosexualité classé comme maladie psy il n'y a pas si longtemps :/

Bah non, "trouble de la personnalité", ce n'est pas péjoratif, c'est un terme tout à fait neutre utilisé en psychologie et en psychiatrie. Et il y a plusieurs personnes sur ce forum qui ont des troubles de la personnalité sans qu'on en fasse tout un drame et qu'on parte en croisade pour renommer ça autrement.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
vendredi 17 mars 2017 21:57:41
Citation
LPA_
qui peut me dire pourquoi une robe rose est un vêtements de femme ? Pourquoi c'est mal vu par 99% de la population si un homme porte ce genre de vêtements ?

Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
samedi 18 mars 2017 00:41:48
Iels sont pas en rose.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
mardi 28 mars 2017 17:30:58
Je voulais juste dire que je ne me sens pas victime.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 30 mars 2017 00:23:45
Citation
Original Sin

Bah non, "trouble de la personnalité", ce n'est pas péjoratif, c'est un terme tout à fait neutre utilisé en psychologie et en psychiatrie. Et il y a plusieurs personnes sur ce forum qui ont des troubles de la personnalité sans qu'on en fasse tout un drame et qu'on parte en croisade pour renommer ça autrement.

+1 c'est pas du tout péjoratif, par contre c'est chiant si c'est un trouble qui se répercute sur une victime. Évidemment.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 30 mars 2017 00:31:53
Citation
LPA_
Iels sont pas en rose.

Pour le rose y'a un truc écrit par Kirsty Mackay dont on parle mais je suis pas allée jusqu'à le lire.
Je me suis laissée dire que De Vinci aimait bien les couleurs vives sur les fringues et notamment le rose, rumeur à voir...
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
vendredi 31 mars 2017 01:04:08
Adekdok du soir en passant:
Concernant les couleurs, le rose a longuement été associé aux hommes (rapport à la guerre, au sang et tout le touti), et le bleu aux femmes (rapport à la vierge Marie qui portait un vêtement bleu et blanc).
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 13:23:34
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 13:32:46
ils auraient pu faire un effort et sortir ce texte 2 jours plus tôt :)
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 13:38:25
Pas faux. Mais j'aime bien cette idée de renverser les rôles x)
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 14:24:22
Le Gorafi et Kamoulox font un enfant :/
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 14:27:14
Tiens ce week-end j'étais bien content de gagner le match du dimanche matin d'ultimate frisbee, avec 3 filles + 2 garçons dans notre équipe contre 5 garçons dans l'autre, alors que ceux-ci étaient convaincus qu'ils allaient gagner lorsqu'ils ont vu le nombre de grognasses dans notre team.

Vive l'égalité, vive la parité ! Enculé de cis, on vous tuera tous jusqu'au dernier ! Blancs de merde !
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 15:01:05
avoue tu as choisi une équipe mixte en espérant qu'il n'y ait pas de vestiaires séparés.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 16:35:42
Ah non pas du tout, je savais à l'avance qu'il n'y avait pas de vestiaires séparés :)
Mais franchement heureusement qu'on a joué quasiment qu'entre mecs sinon on se serait pris une bonne branlée :O
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
lundi 3 avril 2017 17:00:53
Une bonne branlée entre mec ? T'es sûr que t'étais pas dans une prison turque ?
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:01:45
waw

On passe du rire aux larmes sur ce topic, c'est incroyable.
Pour essayer de répondre à quelques, nombreuses, absurdités que je viens de lire depuis le début (oui j'arrive en retard, pardon!) sans trop paraphraser le travail de Julia Serano (entre autres) ou d'autres personnes de science et de savoir.

Tout petit 1:

Quitte à faire rager les néo-nazis (oui oui, ils existent encore) et les staliniens (oui oui, eux aussi), le genre c'est déjà une catégorie de classes

C'est à dire que comme les riches et les pauvres, concrètement, les hommes et les femmes se différencient d'abord sur des critères sociaux (différences de salaires, violences, agressions, harcèlement et ostracisation dirigés en particulier vers les femmes (je ne nie pas les violences faites aux hommes bien que minoritaires, j'y viendrais plus tard) (je passerais aussi plus tard sur pourquoi du comment les luttes féministes s'inspirent des luttes anti-racistes notament black panters et pourquoi ceci explique cela)
Bref, comme les riches et les pauvres, on peut considérer qu'il y a une classe homme et une classe femme, avec les uns qui dominent et oppressent les autres, ce système d'oppression, c'est le patriarcat.

Concrètement, ça se ressent quand on voit un mec parler fort, couper la parole aux nanas ou reprendre exactement ce qu'elles viennent de dire (ça c'est le "man spreading") jusqu'aux agressions et viols (une femme est victime de viol toutes les trois minutes en France (contre une à deux semaine pour les hommes)), humiliations quotidiennes, et très très invibilisées.

ça c'est le critère de définition et de diférenciation sociale entre homme et femme.

Du coup, en réponse à l'argument scientifique et biologique:(donc la on commence à parler des personnes trans, et comme j'ai pas vu si ça a été introduit précédemment ou non, une personne qui n'est pas trans est appellé un "cis" et non pas "une personne normale", comme une personne qui n'est pas noire n'est pas "un gars normal" (un tabouret est mis à disposition des rageux, si vous voulez vous asseoir)

bref, pour débuter, on va déjà commencer par parler des cis

grand 2: Saw Cis


"Jusqu'à présent, les discours sur la transsexualité ont toujours été conditionnés par un language et des concepts inventés par des médecins, des chercheurs et des universitaires qui ont fait des personnes transsexuelles leurs objets d'étude. Dans un tel cadre, les corps, identités, perspectives et experiences transsexuel-les doivent systématiquement être expliqué_es et restent inévitablement sujets à interprétation.
De l'autre côté, les corps, identités, perspectives et experiences cissexuel-es (donc les personnes qui s'indentifient au genre qui leur a été assigné à la naissance) sont simplement pris-es pour acquis. Considérés comme "naturel" et "normaux" et échappent donc à une critique réciproque. Les personnes transsexuelles sont constamment désavantagées du fait que nous sommes généralement forcées de nous rattacher à une terminologie cis-centrée pour essayer de donner du sens à nos vies" (J. Serano, Manifeste d'une femme trans"

Bref, c'est un petit préambule à la question du privilège cissexuel, "c''est à dire de l'analyse à deux vitesses qui promeut l'idée selon laquelle les genres transsexuels sont distincts et moins légitime que les genres cissexuels"
ça, ça passe par deux choses:

Le genrement, ou comment ça va paraphraser sévère du Serano

Donc non, déjà, lidée que distinguer un homme d'une femme est un acte passif est fausse, c'est actif et complusif, et tout le monde ne tombe pas dans l'une de ces deux cases (réf aux codes de genre, certains cis sont victime de la transphobie, une sorte de dommage collatéral, mecs pas viril bodybuildé ou une nana un peu butch...) Genrer quelqu'un se fait de manière quasi-instantanée.

"Le genrement, c'est un processus de distinction entre homme et femme, pour mettre en évidence le fait que nous assignons activement et compulsivement des genres aux gens, en nous basant généralement juste sur quelques signaux visuels et auditifs. En reconnaissant la nature omniprésente de ce phénomène, on peut remettre en question la plupart des définitions de la notion de genre. On peut dire ce que l'on veut sur ce qui définit une femme ou un homme, que se soit les gènes, les chromosomes, les organes génitaux, la socialisation ou le sexe légal qui figure sur un certificat de naissance. En réalité, ces facteurs ne jouent pas le moindre rôle dans la façon dont nous assignons quotidiennement des genres aux gens."

Typiquement, nous nous rattachons en priorité à des caractères sexuels secondaires (silhouette et taille, teint de la peau, pilosité du visage et du corps, voix, poitrine etc...) et, dans une moindre mesure, à l'expression de genre et aux rôles de genre (vêtements, manières, etc...)" (toujours le même ouvrage)

Bref, la manière qu'on a habituellement de dire si quelqu'un est un homme ou une femme est bien éloignée de l'argumentaire chromosomique/génital, (sauf si tu demandes une plaquette dès que tu rencontres quelqu'un, mais dans ce cas t'es quand même vachement idiot). C'est même pas de l'observation à proprement parler, c'est de la spéculation. (je l'ai mis en gras parce que c'est important, hein.)


ça fait que tu peut tout a fait -et c'est courant- avoir des personnes trans dans ton entourage et ne pas le savoir, ta spéculation allant dans le sens du genre dans lequel ces personnes s'identifient (ça s'appelle le passing) tu les valident dans leur genre, et c'est très bien. C'est ce qu'il faut, c'est cool, yolo, tout le monde est heureux.

Mais le passing, ben tout le monde ne l'a pas. Tout le monde n'en a pas envie. Des femmes aiment bien leur bites, des hommes aiment bien leur vagin. Il savent que dans l'Egypte antique, dans les tribues en Mésopotamie et en Afrique Centrale, il y a des personnes genderfluid et trans et que ça fait chier personne, que des animaux transgenrent, que l'hétérosexualité n'est pas une "norme imposée par la nature" et que généralement ce genre d'imbécilité a un but bien politique et affirmatif d'une...

Droite radicale, vieux réac et autres personnes fort peu sympathique

(non, c'est pas vraiment un début de paragraphe, j'avais juste envie de le mettre en gras)


Laisser tomber les "filles génétiques" et les" garçons bios"

je tire pompeusement ce chapitre du livre de Serano, mais je finirais par citer d'autres livres, hein.


<<La permière étape vers le démantellement du privilège cissexuel est d'évacuer de notre vocabulaire les mots et les concepts qui entretiennent l'idée que les genres cissexuels sont de manièree inhérente plus authentique que les genres transsexuels. Un bon début serait de commencer par la tendance généraliser à se référer aux cissexuel-es comme étant des hommes et des femmes "génétiques" ou "biologiques". Malgré son emploi fréquent, le mot "génétique" me semble particulièrement étrange en raison du fait que nous sommes relativement incapable de voir aisément les chromosomes sexulels des gens. En réalité, puisque si peu de personnes font examiner leurs chromosomes, on pourrait défendre l'idée que dans la grande majorité des cas, les gens ont un sexe génétique qui reste encore à déterminer. Dans les cas ou des personnes doivent faire contrôler leurs chromosomes (comme lors des tests de féminité aux Jeux Olympiques ou dans les services de consultation pour des problèmes de stérilité), on constate que la non-correspondancee entre le sexe chromosomique d'une personne et son sexe assigné est une chose qui arrive bien plus souvent qu'on ne le pense>>

Donc pour l'argument de "les hommes et les femmes sont séparés par la sainte natuuure", on repasera. Quand à l'idée de la biologie, ben les personnes trans ne sont pas en métal, nous sommes bien organiques et non pas "non-biologiques", ou alors il faut m'expliquer.
ça se réfère plus généralement à celles et ceux qui ont un organe reproducteur pleinement fonctionnel et correspondant à leur assignement, dans le but d'invalider les personnes trans car apparemment, une femme qui ne peut accoucher devrait être considérée comme un homme, et un homme stérile ou impuissant doit être perçu par la société comme devenu subitement un femme, si j'ai bien compris. (nan je déconne, c'est complètement absurde.) (bien le tabouret?)



Bref Bref.
Plus concrètement, en France, la transsexualité n'est plus considérée comme une maladie mentale depuis 2007 (et les femmes peuvent légalement porter des pantalons en ville depuis 2013, législation quand tu nous tiens...)
Plusieurs parcours de réassignation sexuelles existent et sont reconnus légalement, notamment le GRETTIS qui a vu une grosse refonte dans toute son équipe il y a quelques années pour voir des psychologues et des avocats un peu moins pourris. Une véritable procédure d'accompagnement par voies médico-légales a été mise en place. Il existe trois traitement aux œstrogènes différents qui sont accessibles (remboursés ou non suivant les caisses, les prix occillent vers les 12€). L'ordonnance peut être fournie auprès de son médecin traitant ou plus couramment vers un planning familial.

A Lyon, l'Université Lumière est reconnue internationalement au niveau des Genders Studies, reconnaissant l'existance de la transsexualité. Donc pour mettre à jour le bouquin de Serano, si on omet les vieux réacs en déboire, que se soit en biologie, en froit, socio, politique, de plus en plus de spécialistes sont au point sur la question de la transexualité. Ni une maladie, ni une anomalie. C'est valide et validé, on existe. Point.


Opressions et Ostracisation



Jusqu'à maintenant j'ai fait du vrac, la, ça va être pire. Du coup je vais me contenter de penser que vous comprenez at acceptez l'idée qu'on peut changer de sexe sans ouir de mère nature et de Tonton Lepen. Ceux la sont dans le placard, entre Mussolini et le Père fouettard. Nah.


ça va aussi parler d'intesectionnalité. Oui, pour commencer, il faut savoir que la plupart des minorité et des personnes marginalisées en fonction de l'idéologie dominante ont la possibilité de lutter pour voir une amélioration de leurs droits humains basiques, leur reconnaissance et un minimum de décence. Certain-es le font, d'autres non, mais du coup tant pis pour eux l'histoire ne retient pas les collabos.

à l'époque, il y avait les Blacks Panthers, Malcom X et compagnie qui en avaient ras-le-cul du racisme, de l'apartheid, la ségrégation, colonialisme etnéo-colonialisme, etc... bref, les luttes anti-racistes en plein essor ont partiellement permis aux femmes de prendre conscience des oppressions qu'elles subissaient: le patriarcat.
les Riots Grrrls (des grosses TERF pour la plupart) (TERF: des féministes qui considèrentt que les femmes trans sont en réalité des hommes/reptiliens illuminatis envoyés par la CIA et Asselineau pour infiltrer les mouvements de luttes féministes et récupérer le peu d'espace arraché aux mains des hommes) n'ont pas étées les seules à militer, en Allemagne dans les 70's, les Rote Zorra ont eues le monopole du swagg explosif, mais je vais pas trop faire l'apologie d'une organisation considérée comme terroriste sur un forum public (un jour viendra!)
Enfin je sais plus pourquoi je parlais de ça, mais maintenant vous avez plein de trucs à googleler, ça va être chouette et vous aurez apris plein de trucs.
Bref, oui, une personne peut cumuler des oppressions, par exemple en étant une femme, trans, noire. Dans ces cas la, votre espérance de vie ne dépasse statistiquement pas 36 ans et on escompte pas une mort douce.

Globalement, un nombre gargantuesque de meurtres sont commis envers les femmes trans (parce qu'on cumule deux minorités marginalisées: les femmes et les transexxuels, donc on parle de trans-mysoginie. Cela n'évince pas les meurtres commis sur les hommes trans, même si ils sont bien plus minoritaires. Et oui, les cis sont bien plus victimes de meurtre, normal quand on est la majorité, et on est rarement assassiné parce qu'on est cis ou qu'on se balade avec les vêtements qui correspondent au genre assigné à la naissance).
Je parle même pas du nombre de suicide chez les jeunes trans (si, en fait j'en parle.). Il faut prendre en compte un harcèlement permanent (vestiaires, toilettes, non reconnaissance par la société/communauté), quand ils et elles ne se font pas purement et simplement jeter dehors par leurs parents (ça arrive assez souvent, bien plus que les chiens quand on part en vacance, c'est dire.)

Donc pour l'argument de l'effet de mode, on repassera. Ou alors il faut prévenir le monde que la transition vers un autre genre n'est pas la tentative de suicide la plus radicale ou la moins douloureuse. Y'a de très bon produits ménagers pour ça.


Enfin, quand on fait partie d'une minorité et qu'on milite activement pour ses droits, quand on est précaire et syndiqué, racisé, religieux ou non, on s'en prend vraiment plein la gueule. De quoi faire palir les niveau les plus "hardcore" des jeux dont vous n'avez déjà pas vu le bout en mode facile. On fait face à un nombre incalculable d'ostracisations par voie de fait, permanentes. C'est régulier quand on est une femme syndiquée de croiser un violeur en réunion ou assemblée générale, le mec narmol qui s'est un peu passé du consentement de toi ou d'une de tes potes. La plupart des orgas en on rien a foutre, même certaines branches de la CNT n'ont aucun problème à travailler avec des violeurs, quand bien même ça insécurise leurs victimes ou des victimes potentielles (et le débat n'est pas ici situé dans "maiiis ils ont changeyyyy'). Non, on privilégie toujours la gente masculine, c'est un principe de solidarité masculine qu'on voit aussi chez les cissexuels, ce n'est qu'aux hommes qu'on accorde le bénéfice du doute et une défense générale aussi absurde qu'innataquable, parce que des mecs.

ça, c'est un exemple parmis d'autre d'un processus d'ostracisation. Les personnes racisées en sont victimes, les personnes musulmanes, juif-ves, les personnes précaires dans certains milieux, sans papiers, et dans ce qui nous concerne, les trans.

En plus de ce processus, on reproche régulièrement, dès la montée d'un espace non-mixte (un court espace d'échange d'experience et de création d'outils théorique, de défence face à ses oppressions) aux personnes marginalisées et militant-es activement et radicalement, de s'ostraciser, de se gethoiser, en niant purement et simplement les oppressions subies. J'ai vu des Staliniens qui pouvaient arguer que le commerce triangulaire, c'est la faute des noirs, le sexisme et la misogynie c'est la faute des femmes. C'est grave de penser ça. Vraiment.




Pour conclure


Du coup je suis une personne trans (je sens que je vais me faire spammer de menaces de morts, mais c'est l'adage.), tout cet argumentaire mal amené, c'est mon vécu, en tant que femme trans, en tant que militante (aaarrrrrh! une anarshiiiist!) C'est vraiment un monde ou on s'en prend plein la gueule, perso je me plains pas parce qu'à chaque fois qu'un mec dans la rue ou dans le train veut me péter la gueule ou me violer, c'est lui qui repart avec des dents en moins. J'ai un entourage acceptant et on me fait pas trop chier, mais il a fallut montrer les crocs, et ne pas les ranger. Mais bon, on est pas tous-toutes des terminators enragés, je connais des trans qui sont sympa, ça existe aussi chez les mecs qui ont une bite, j'ai jamais dit le contraire (je suis pas hétérophobe! J'ai un super ami hétéro!) je reviendrais à ça.

Dans ce topic, y'a des trucs super violents qui sont balancés, même si c'est pas intentionnel (ça l'est jamais vraiment), mais de un, ça renvoie à des trucs bien crade (l'eugénisme, c'est un peu le 3eme Reich, quand même) autant qu'au vécu des personnes qui peuvent lire ça.
Alors ok, la libertey d'expression, j'veut bien, mais j'm'en fout, je suis pas charlie et je pense que quand on sait pas de quoi on parle, c'est moins violent de fermer un peu sa gueule, (surtout quand on est un mec cis hétéro et qu'on a bien tout le monopole de l'espace de parole en public, hein) au lieu de balancer des trucs randoms super blessant qui invisivbilisent des centaines d'années de luttes et de gens qui sont putain de morts, quoi.

Je suis pas la non plus pour dire que les mecs qui balancent que "mère nature elle a dit que si t'as une bite t'es un mec" sont des abrutis. Bon, j'ai pas dit le contraire non plus, mais on s'en fout, si on y regarde bien, y'a meme quelques flics qui sont un peu humain des fois, alors bon!
Quand on engage une reflexion sociétale, des fois y'a le système, des fois les individus, pas toujours les deux. Des fois les gens sympas font et disent de la merde, des fois les propos sont pas représentatifs de qui on est vraiment, voila, vous avez lu ce paragraphe, votre conscience est sauvée et vous pouvez dormir ce soir. J'en vois même un la bas qui est descendu du tabouret des rageux. Cool.
Une analyse de système, ça prévoit que c'est des constructions sociales, politiques qui font que, par l'éducation, les croyances qu'on a eues, on se trouve et on pense que les privilèges que la loterie de la naissance nous ont accordés sont des droits divins. ça, c'estt un phénomène naturel, "quand on est privilégié, l'égalité parait une oppression" disait Sophie Labelle.

Il faut se débarasser de ça et apprendre un peu à penser par soi-même, les trans vous ont rien fait, à part quelques sacrifices humains chez les Astèques, et encore.

J'avoue que j'espère clore le débat et pas trop m'en prendre dans la gueule, je sais pas si ça passe si je dit que j'ai finis tout les Half-Life et que vive Ubuntu?

Sur les documentations à propos du masculinisme et de la transphobie:

un blog cool:
[lesquestionscomposent.fr]

un article de ce blog qui démonte la frienzone et sa nauséabonditude:
[lesquestionscomposent.fr]

une page random du planning familial:
[www.planning-familial.org]

le projet crocodile, sur le harcèlement de rue et la notion de consentement:
[projetcrocodiles.tumblr.com]


assigné garçon, la BD de Sophie Labelle sur la transidentité:
[assigneegarcon.tumblr.com]

des articles de la CGA, une orga qui pèse un max:
[www.c-g-a.org]
[www.c-g-a.org]

Des livres pour lire que c'est bien:

Manifeste d'une femme trans, Julia Serano, aux editions Tahin Party
Autobiograhie d'une transsexuelle (avec des vampires). , Lizzie Crowdagger, ainsi que son exellent et nouveau Enfants de Mars et de Vénus
Corps Trans, Corps Queer, ouvrage collectif très super

et bien d'autres que j'oublie.

Des bisous en toute amitié
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:06:48
Commence par nous dire qui tu es. Ensuite corrige tes fautes.
Après seulement t'auras le droit de l'ouvrir, femelle.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:08:45
Manifeste d'un jambon cis, Jean-Claude Serano, aux editions Groin Party*

Humour de cis, tu peux pas comprendre.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:11:01
Tout ce que j'ai compris c'est Serrano et faut pas que les jambons s'étonnent de se faire bouffer en soirée si c'est l'ambiance qu'ils y mettent.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:11:30
PUTAIN !
C'est ma blague. PLAGIAIRE !
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:26:03
Niveau fautes, je trouve que ça va. Et niveau grammar nazi, je pense que tu peux bien fermer ta gueule, au moins pour celles et ceux qui ont un PAI, une dyspraxie, ou une autre langue natale que le Français. J't'ai aps trop écorché les yeux? Ton cerveau marche encore? Parfait?

Présentation: je suis une femme trans, militante à la coordination des groupes anarchistes (CGA, en gros et gras), j'ai fait quelques études dans le cinéma et je me gave d'oestrogène, ça passe de ouf avec la vodka.
J'aime bien penser que Matrix à été réalisée par deux trans lesbiennes, c'est sans doute pour ça que j'ai suivie le mouv, la partie anar, c'est pour le plaisir de voir du sang de facho couler entre mes mains.
T'as l'air curieux, tu veux savoir quo id'autre? J'ai gagnée pas mal de trophées en tir à l'arc, ça m'a pas mal servi en manif contre les violences faites aux femmes. Un jour je t'apprendrais à faire des cockteils molotoc, quand les gens s'en battent les miches de ton argumentaire, ça fonctionne pas mal.
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:31:04
Pour les coordonnées personnelles, comme je l'ai dit, on a pas une durée de vie très longue, je sais que je toucherais pas la retraire mais j'aimerais bien tenir jusqu'au prochain ALmodovar, donc ce sera quand on aura fait plus ample connaissance <3
Re: Pensées en vrac sur l'identité sexuelle
jeudi 6 avril 2017 18:37:06