Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 02:57:45
Le principe est simple, une question reprenant le titre est posée et l'objectif est d'y apporter une réponse satisfaisante.
A la suite de quoi une autre question peut être posée, et ainsi de suite.


Je commence : existe-t-il une langue plus massacrée par ses supposés locuteurs que le français ?

Modifié 2 fois. Dernière modification le 15/12/14 18:44 par Abrutimaru.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:03:27
Au hasard, l'arabe ? C'est pas pour ça que l'écrit est si différent de l'oral ?
Sinon je ne vois pas. C'est vrai que c'est fou de voir que le Français est régulièrement massacré, mais c'est encore plus fou de voir la quantité de gens qui défendent cette langue en toute circonstances.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:10:55
Je suis pas né anglais, mais il me semble que les anglais aussi "kikoolisent" et modifient la langue en permanence.
Après je pense que ça doit être la même chose ailleurs.

Peut-être que le français est la langue la plus massacrée, mais c'est sans doute (je pense) du à sa complexité et à ses tonnes d'illogismes.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:13:33
Je ne crois pas que ce soit typiquement Français. Ma famille est Espagnole, et l'Espagnol qu'ils parlent, on peut le qualifier "de puta madre". C'est un peu l'équivalent de L'Espagnol des rues contre celui que tu apprends à l'école.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:25:57
En effet, la langue française n'est pas construite scientifiquement, énormément d'exceptions à chaque règle, des apports régionaux, ancestraux ou étrangers créant sans cesse de nouveaux cas; une articulation compliquée...

L'anglais est épargné grâce à sa simplicité, l'espagnol sans doute aussi, peut-être dans une moindre mesure.
Quant à l'arabe je n'en sais absolument rien (à part qu'il n'a pas l'air d'aimer les Knackis)

En France, tout professeur vous dira qu'il est exceptionnel de trouver moins de 5 fautes sur une copie (et encore).
J'ignore vraiment pour quelle autre langue il en va de même.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:29:37
"L'anglais est épargné grâce à sa simplicité" ça dépend à quel niveau. Les gimme, wanna, dunno et j'en passe sont considérés comme écorchage. Et si tu parles avec un anglais pur souche, tu as globalement les même chances de tomber sur un anglais raccourcis que de tombe sur du SmS en france.

Si tu parles d'anglais "sérieux", il est quasiment sur que tu verras bien plus de fautes chez un anglais que chez un français, mais on est d'accord pour dire que ça vient de sa complexité.

Question résolue? Tu veux attendre demain ou plus pour d'autres avis?
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:30:26
Ah la langue française, on pourrait écrire un roman avec...

mais plus sérieusement, le français est l'une des langues qui a le plus évolué en Occident depuis le Moyen-Age. Lisez Gargantua, puis Candide, Hugo et finalement un auteur contemporain, vous verrez que le vocabulaire est totalement différent de même pour les tournures et la grammaire.
Alors pourquoi le français a-t-il évolué jusqu'à devenir cette langue belle avec des mots superbes comme le chantait Duteuil.

Le français est effectivement la langue qui subit le plus de pression en Occident de la part de latin. Au Haut-Moyen-Age, le peuple parlait le français de l'époque alors que le latin était parlé à la messe et dans les collèges. Il y a eu donc de nombreux mixtes de langages au fur et à mesure des années. C'est par la destruction et le barbarisme que naît cette langue qui deviendra la langue "mondiale" pendant un certain temps.

Le Français est, comme chacun le sait, un être mesquin, vil, paresseux et colérique. Le premier qui vous le dira, vous lui appliquez votre poing sur son nez de ma part :)
Bref, le Français pense à la différence de certaines autres civilisations (arabes ou indiennes) que la langue est à son service. C'est pourquoi, pour se faciliter la vie, il abrège des mots, en invente, en copie de langues voisines. Le français moyen ne dira jamais: "Je ne sais pas" mais "Je sais pas" ou encore "J'sais pas". Ecoutez un anglais débutant parler français et vous réaliserez tout ça.

Mais bizarrement, le Français est avant tout un être fier et qui peut l'être: sa langue est parlé dans de très nombreux pays. En Afrique grâce à la colonisation (grâce pour la langue hein!) mais aussi en Russie où la langue était officielle à la cour du Tsar. Suite à de très nombreuses vagues d'immigrations, le français a été malmené par ces étrangers, dont les descendants maintenant pleinement citoyens français, malmènent quelque peu la langue à cause de cet apport linguistique fort peu délicat.

Par rapport au poste suivant, l'arabe est différent à l'écrit et à l'oral (comme le chinois) car non seulement c'est un art de parler sa langue, mais dans ce cas là, c'est aussi un art de l'écrire.

Cependant, le français n'est peut-être pas la langue la plus écorchée. L'anglais, dominatrice du monde depuis plus de 150 ans, subit de très nombreux néologismes par jour. Il n'est pas rare qu'un australien ne comprenne rien au jargon d'un américain (ne confondez pas jargon et patois attention!), car chacun d'eux a adapté ce langage à son pays, ses anciennes langues et coutumes.
Mais je vous entend déjà. "Ouais Faytoto, tu te la pètes avec ton gros pavé, mais quand je regarde un film en VO je comprends tout! " Je poserai alors une question à ceux qui ont eu des correspondants anglais, attention ANGLAIS pas américain! Si vous lui avez demandé de vous dire une phrase à vitesse normale pour lui, vous avez sans doute remarqué que c'est plus difficile que de comprendre Johnny Depp. Et encore, je parle pas de l'Écosse...

En conclusion, on pourrait dire que ce qui tue une langue, c'est sa grandeur et son impérialisme mondial.

(ceci n'est toutefois qu'un avis personnel, si vous n'êtes pas d'accord, je ne viendrai pas sonner à votre porte avec un spas12, des lunettes noires et une carte d'électeur américain républicain)
Cela dit, je sens que je vais adorer ce sujet :D

Un petit édit sur le massacre scolaire: la langue française est la langue occidental qui comporte le plus de règles de grammaires. C'est donc fort compliqué à apprendre pour tous nos sympathiques écoliers. Certains mots son même en suspens à l'académie française. Petit sondage, qui écrit "autant pour moi" et "au temps pour moi"?

Qu'est ce qu'il y a au fond? Oui toi là! C'est quoi ton problème? Ahh tu es germanophone, d'accord. Oui les allemands ont des déclinaison comme le latin, chose que nous n'avons (presque) plus en France. Mais on ne peut comparer la rigueur germanique de Bertha et Hans au flagme de Pierre et Jean.
Attention, il reste cependant UN exemple de déclinaison en France, j'organise un petit concours à celui qui le trouvera par MP ou autrement. (Alors tu stoppes immédiatement ta recherche google si tu veux être fier (comme un français) de ta réponse et de ta franchise)

Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/12/13 03:38 par faytoto.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:37:41
RIen à redire sur Faytoto, et je n'ai pas le savoir pour le faire si je le voulais, de toute façon xD

En effet ce sujet peut devenir très drôle, dans le sens très animé. J'irais cherché un statut de député si ça commencer à ressembler à l'hémicycle
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 03:48:09
Merci bien, mais trouvez-moi le pays où, si les professeurs avaient le droit de tuer les kikooSMS à coup de dictionnaire, il y aurait le plus de victimes.

Je maîtrise bien l'anglais et je comprends bien l'allemand, et non seulement je ne vois pas autant de fautes sur Youtube chez les germanophones et anglophones (pour autant que je sache, donc), mais en plus on leur reproche beaucoup moins souvent leurs éventuelles fautes.
Le pire, c'est que les reproches en français sont souvent eux-mêmes remplis de fautes!!!

Alors que c'est très rare chez les anglophones et les germanophones.
Bon ok, l'expression "grammar nazi" est anglaise... Et?

Bonne nuit, j'y réfléchirai.

Modifié 1 fois. Dernière modification le 12/12/14 18:42 par Abrutimaru.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 05:16:52
Bah pourtant, il suffit de trainer un petit peu sur Internet pour voir 50 commentaires vindicatifs d'anglophones à propos de leur congénère remplaçant "they're" par "there" si tu veux un exemple.
Ensuite, l'anglais est une langue parlée dans un grand nombre de pays et elle est massacrée à l'oral par les accents et les simplifications de prononciation dans certains pays comme l'Inde (où l'anglais est très pratiqué mais où majoritairement, tu comprends un mot sur 10). Pareil, lorsque tu parles avec un australien (principalement les pécores australiens), tu comprends un mot sur 5 à cause de l'accent, du patois, des simplifications, de l'écorchage. Sans oublier l'écrit ... Chaque fois que je parle à un de mes amis australiens, étant habituée à l'anglais scolaire, il me faut un temps d'adaptation pour comprendre ce qu'on me raconte, parce que "dunno" c'est un peu comme "c clr" si tu parles pas le français naturellement, tu piges rien.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 07:12:16
Je me suis toujours demandé :

On m'a toujours appris que l'univers est "infini et en perpétuelle expansion" ...
D'accord, quand j'étais petit, j'avais du mal à concilier les deux, mais j'ai fini par comprendre le concept.

Par contre, s'il est en perpétuelle expansion, ça veut dire qu'il y a un "dehors" de l'univers ...

Et sérieusement, il y a quoi dans ce dehors ?


( ne pas répondre "rien", parce que si c'était juste du vide, on pourrait dire que ça appartient déjà à univers mais que c'est vide, ce que je me demande c'est "quelle est la caractéristique qui fait que c'est hors de l'univers ? )

Je me suis dit un moment que dans ce dehors, "le temps et la matière" ne doivent pas exister ... mais si un moment N, ça se met à faire partie de l'univers, et qu'en N-1, ça n'en faisait pas partie, il y a déjà plus ou moins du "temps" :/

Je suis confus

*ori est confus ... il se blesse dans sa confusion*
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 10:48:21
Tout d'abord, la théorie de l'univers est plus un sujet philosophique que physique, et des gens se tapent dessus tous les jours pour essayer de trouver des solutions au lieu de faire des hypothèses...
Il y a plusieurs réponses proposées, mais on ne pourra jamais les vérifiées...

Tout d'abord, soit l'univers est infini, il occupe tout l'espace que l'on peut trouver, et donc il est seul. Cette hypothèse est néanmoins très peu suivie aujourd'hui en raison de l'expansion universelle.

Donc si notre univers est fini, qu'y a t'il à coté? C'est une question réthorique hein! je sais que c'est celle de base merci...
Attention, la suite regorge plus d'idées philosophiques que physiques, âmes sensibles s'abstenir:
Si notre univers est seul, ça pourrait dire qu'il y a quelque chose dehors non? Pourquoi pas... mais dans ce cas, ce qui est dehors serait plus une idée ou un concept. D'aucun parle même des limbes. Pour faire en sorte que notre univers garde bien son nom, on suppose actuellement qu'il est impossible d'en sortir. Car à l'extérieur, vous n'auriez plus ni temps ni espace et vous cesseriez net d'exister. Donc attention si vous vouliez voyager très loin cet hiver, on veut vous voir revenir.
Comment nous empêcherait on de sortir de notre univers? Pas un champ de force ou une autre cochonnerie de ce genre? Peut-être avez vous vu Cube (sinon je vous le recommande), les héros n'arrivent pas à en sortir,et ça se passerait sur le même schéma quant à notre univers. On approcherait du bord... pour en sortir de l'autre! C'est dingue non?

Mais notre univers n'est peut-être pas le seul et il y a peut-être une infinité d'autre univers. Eh oui, c'est beaucoup. Dans ce cas, la probabilité de trouver quelqu'un comme vous, faisant absolument tout pareil est de 0.999999999.
Ces univers sont peut-être connectés entre eux (non non repose ton Rj45 t'en as pas besoin pour ça...) auquel cas la sortie de notre univers serait... l'entrée vers un autre! Peut-être un changement de temps ou de dimension quelconque, j'en sais rien...
Ou alors ces univers sont deconnectés (mais bon sang arrête ta résolution de problème, ça sert à RIEN) et on ne pourrait pas passer de l'un à l'autre, désolé.

Rappel pour celui qui dormait au tout début du post: ce ne sont que des hypothèses métaphysiques et philosophiques, je ne les ai en rien vérifiées. Par contre si tu veux devenir célèbre et trouver La Réponse, je te souhaite un bon voyage, et comme l'a dit un grand philosophe: Vers l'Infini et au Delà!
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 11:44:19
Je reviens rapidement sur la question de la langue, l'anglais est massacré bien au delà des dunno, wanna, etc. On trouve très régulièrement des expressions comme "could of" ou des fautes de conjugaison à hurler, malgré la simplicité grammaticale de la langue... L'Italien subit un autre genre de massacre, il se laisse scléroser par des anglicismes à bien plus haute dose que ses camarades européens (qui sont pourtant déjà pas mal à ce niveau). Avec des mots comme "computer" qui sont carrément entrés au dictionnaire...
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 12:27:43
Citation
faytoto

Rappel pour celui qui dormait au tout début du post: ce ne sont que des hypothèses métaphysiques et philosophiques, je ne les ai en rien vérifiées. Par contre si tu veux devenir célèbre et trouver La Réponse, je te souhaite un bon voyage, et comme l'a dit un grand philosophe: Vers l'Infini et au Delà!

42 ! \o/
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 12:49:05
Pour le fait de sortir ou non de l'univers, il me semble que la théorie du big bang par du principe que tout est compressé à l'intérieur, du coup à priori rien n'en sors.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 12:57:58
Selon la théorie du Big-Bang, oui, tout est réduit à une densité impressionnante et ce serait une espèce d'énergie qui empêche les galaxies de foutre le camp.
Mais il y a une autre théorie (que je préfère personnellement), qui dit que l'univers n'a ni commencement ni fin. Il s'étirerait et se rétrécirait au fur et à mesure. Dans ce cas là, ce serait un peu comme une espèce de "peau" qui se distorsionne.

Après le problème de l'univers c'est l'absence de réponse concrètes.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 12:59:44
Ouais j'avais vu cette théorie et elle avait l'air séduisante. Quand à savoir ce qui provoque ce rétrécissement/agrandissement, je n'en ai point la moindre idée
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 13:02:40
Citation
MuthaFucka
Je reviens rapidement sur la question de la langue, l'anglais est massacré bien au delà des dunno, wanna, etc. On trouve très régulièrement des expressions comme "could of" ou des fautes de conjugaison à hurler, malgré la simplicité grammaticale de la langue... L'Italien subit un autre genre de massacre, il se laisse scléroser par des anglicismes à bien plus haute dose que ses camarades européens (qui sont pourtant déjà pas mal à ce niveau). Avec des mots comme "computer" qui sont carrément entrés au dictionnaire...

Je plussoie, chaque langue à le droit à son massacre; L'anglais n'est pas épargné, la seule chose c'est qu'il y a moins à massacrer car la syntaxe est plus facile. En Français t'as vite fait de mettre un "s" à la place "t" en conjuguant, un "é" à la place d'un "er", car les mots à l'écrit sont très variables.
De son côté la langue allemande est moins fourbe, toute les lettres se prononçant à l'oral, pas de risque d'oublier une putain de lettre muette. (la célèbre quote " : t'es comme le "h" de hawaï...tu sers à rien ne marche pas pour la langue de Göethe)

Et enfin juste un exemple tout con :
I know - I don't know - I dunno
Je sais - Je ne sais pas - ch'ais pô.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 13:16:28
Voire même "chépa" Charly ;)

Pour ma part je suis d'accord, l'anglais aussi est massacré, mais c'est souvent plus un problème de syntaxe et de "they're, their, there" ou "your, you're" qui ne s'étend pas trop. Non ? Pour le français, beaucoup de règles de grammaire non variables sont ignorées, aussi. La différence entre le futur et le conditionnel par exemple n'admet pas d'exceptions (sauf si je me trompe)

@faytoto : j'ai pas voulu aller chercher sur le big browser, mais j'aimerais tout de même savoir quelle est la déclinaison dont tu parles :)
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 15:56:34
j'ai croisé un "yavoo yavoo" il y a peu pour dire "j'avoue". C'était déstabilisant :/

Sinon concernant l'univers on peut aussi imaginer que le big bang étant une explosion, toute particule de l'univers est en fait un résidu de cette explosion qui s'éloigne du point central. En gros, c'est comme un gros pétard. Les bouts de pétard s'éloignent de la position initiale du pétard quand il explose. Seulement, sur Terre, les bouts de pétard finissent par tomber par terre à cause de la gravité. Là, il n'y a rien pour dévier ces particules. Un eu comme si on faisait exploser notre pétard dans l'espace. Les bouts de pétard s'éloigneraient du centre jusqu'à trouver de la matière qui finisse par les dévier.

Le truc c'est que le rayon d'explosion du pétard, qui s'agrandit au fur et à mesure que le temps passe, on ne peut pas en sortir. Vu que ce rayon s'agrandit à la vitesse de la lumière, c'est difficile d'aller plus vite.

La question est donc : Est-ce que quelque chose à l'extérieur va finir par interagir avec nous ? Y a t-il seulement quelque chose plus loin ou notre explosion est toute seule dans cette espace infini ?
En gros, pour moi il y a donc du vide si on va voir plus loin. C'est juste qu'on peut pas y aller parce que c'est vraiment trop loin et que de toute façon le "bord" de notre univers se déplace plus vite que nous. Mais on peut espérer qu'un jour notre rayon d'explosion rentre en collision avec autre chose. Un peu comme un bout du pétard irait s'éclater contre un poteau qui était à côté.

Mais bon après ce n'est encore qu'une théorie qui s'ajoute sur le tas des théories qu'on ne peut pas prouver ou invalider.

Dans l'absolu c'est une vision un peu simpliste. Apparemment la vérité serait autre. J'ai appris récemment que la notion de temps universel n'existe pas. Le temps n'est pas le même à un endroit et à un autre. Il n'y a pas de référentiel fixe quoi. J'ai aussi appris que l'univers est courbe et ça ça fout le bordel dans ma théorie. Mais bon j'arrive pas encore à bien comprendre tout ça :) Dans quelques années peut-être.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 16:08:21
Oui, si on prend en compte le fait que l'univers est courbe et que chaque masse le déforme, on pourrait dériver sur la relation masse/temps/univers, mais ce serait bien compliqué et pas le bon sujet...

J'aime bien l'idée du pétard, mais ça partirait dans tous les sens tes petits bouts, alors que normalement, il partent selon la flèche du temps. On aurait pas un cercle de centre Big-Bang, mais un "ballon de baudruche" dont le noeud serait ce Big-Bang.

Et après, il y a plusieurs possibilités:
-Le temps continue, mais l'univers ne s'étend plus
-Le temps continue, et l'univers s'étend un peu comme s'il suivait une fonction affine
-L'univers s'étend bien trop rapidement par rapport au temps, dépasse la vitesse de la lumière et se déchiquette sur lui-même: le Big Rip. Mais ça sous-entend que l'extérieur de l'univers est formé "d'autre chose" qui se mélangerait avec le vide.
-L'univers se referme sur lui même, remélangeant les galaxies entre elles. Après, soit c'est la fin (l'inverse du BigBang, une gigantesque fusion à l'image du protium et du deutérium) soit il recommence un nouveau cycle (et mérite son nom d'infini)

Je pourrais en parler pendant des heures, j'ai fait pas mal d'exposés dessus et j'ai failli faire mon TPE sur ce sujet. On m'a dit que ce serait un brin compliqué avec les expériences...

Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/12/13 16:10 par faytoto.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 18:31:40
Tu parles du Big Crunch faytoto? Effectivement c'est une idée séduisante, l'Univers qui suivrait un cycle Big Bang/ Big Crunch, qui n'aurait à priori pas de fin.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 19:56:38
Pour toute les questions Big bang etc, achetez vous un abonnement a Discovery Channel et regardez toutes les émissions sur l'univers et les théories avec Stephen Hawking! :D

Good luck and have fun, pour me comprendre! xD


J'ai plusieurs théorie que j'ai entendu:
-La première, c'est que justement avant le Big Bang, il n'y avait rien, on est d'accord? Donc en partant de là, des scientifiques se sont demandé ce qu'il pourrait y avoir avant, ils sont parti sur le principe de l'espace temps. Donc, avant le Big Bang, il y aurait le temps, uniquement (C'est très théorique est dur à expliquer, désolé si vous comprenez pas), donc, je me dis que peut être que le dehors de l'univers, ça serait du "temps à l'état pur", mais pourquoi y a eu un KABOOM, c'est un autre histoire.

Autre théorie:
-D'après certain l'univers ne serais pas seul. Ce serait donc un multivers (plusieurs univers) qui serait tous séparés d'une certaine distance, et qui se déplace dans le "rien". Et ce rien, serait juste une espèce de trame sur lesquelles se déplacent les multivers. Et lorsqu'ils rentre en collisions, ça repars création de matières, expansion, etc ( Je m'éloigne du sujet)

Autre théorie (La dernière que j'ai en réserve):
-L'univers serait... Un trou noir! Donc logiquement, si on arrivait a sortir de notre univers, on serait broyer a cause de la force de gravité, mais à se moment l'extérieur de notre univers serait un autre univers (Inception maggle), mais je sais pas si ça continue comme ça à l'infini. :/ Parce que sinon, ça ne fait que reporter le problème. ^^


Ah oui, j'oubliais, vu que notre univers est composé a 70% de matière noire(obscure? Je sais plus) et de force obscure(noire?) , je ne vois pas pourquoi l'extérieur de l'univers ne serait pas composé exclusivement des celles-ci. Ça expliquerai la quantité, mais la force obscure est celle qui permet a l'univers de continuer son expansion, donc si y en a de l'autre coté, cela empêcherait il l'univers de grandir? (Mais si l'univers s'expand, c'est a cause d'une "rivalité" entre deux force. Si l'une l'emporte, on est écrasé, et si l'autre gagne, on s'étire jusqu'à ce que nos atomes n'aient plus d'intéraction ^_^ C'est mignon, n'est ce pas?)


Putain, en me relisant, je vois plein de contradiction, c'est surement, parce que je viens de faire un concours blanc de 8h a 18h... Mais c'est pas grave! :D

Sinon, pour régler le problème de la langue française, il faut obliger tout le monde à se taper (lire, je veux dire par là, nous ne sommes pas bibliophile) une dizaine de romans, comme ça, ça enrichi le vocabulaire, et ça réduit les fautes d'orthographes (Puis, c'est bien les livres :3).
Plus sérieusement, je ne fais pas la chasse au fautes parce que même moi, ça m'arrive d'écrire "mais" au lieu de "mes" ou "mets" surtout quand je je suis fatigué, et quand je relis, ça me parait tout à fait normal. -_- (Vous avez peut être rater le double "je", je teste votre cerveau! :D). Puis comme, c'est dit plus haut, y a tellement d'exception que ça en devient la règle (que personne n'applique)
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 20:06:35
Une idée qui me paraissait sympa, c'est qu'il y ai juste du vide infini, parce que le vide et le "rien", si on y refléchi, c'est proche de l'identique (à la différence qu'on peut se balader dans le vide, et peut-être pas dans le rien). Et en gros l'univers s'agrandit indéfiniment dans ce vide, à cause de l'énergie dont parlais je sais plus qui.
Re: Je me suis (toujours) demandé si...
dimanche 1 décembre 2013 20:12:09
Mais, il me semble que nous sommes composé a 80% (dans ces chiffres là) de rien, donc ça pourrait être envisageable! ^^