Salut! Identification

Recherche avancée

Ce sentiment quand...

Envoyé par Krigz 
Ce forum est en lecture seule. C'est une situation temporaire. Réessayez plus tard.
Re: Ce sentiment quand...
vendredi 8 juillet 2016 18:50:07
@Slather : Il me semble que c'était quelque chose du style "de l'influence euphorisante des événements pseudo-populistes sur la natalité française". Mais en moins pédant.
Re: Ce sentiment quand...
vendredi 8 juillet 2016 19:07:04
Ouais, enfin, toujours est-il que tu as regardé le match, je dis ça, je dis rien.
Re: Ce sentiment quand...
vendredi 8 juillet 2016 19:18:57
Franchement ces gens qui regardent les match de foot! Vous avez pas honte!

(Bon en vrai comme Spiral j'ai eu droit à une gâterie à la fin du match. 2-0 sur des goals aussi con, ça fait bien mal au derrière)
Re: Ce sentiment quand...
vendredi 8 juillet 2016 19:32:36
Citation
SpiralPad
Elle sait me prendre par les sentiments
C'est quel trou, "sentiments" ?

Citation
demon-lame
(Bon en vrai comme Spiral j'ai eu droit à une gâterie à la fin du match ça fait bien mal au derrière)
Me voilà renseigné.
Re: Ce sentiment quand...
samedi 9 juillet 2016 01:52:26
Ce sentiment quand tu te retrouves bloqué en vélo au milieu d'une manifestation de motards.
Les randos roller qui bloquent une rue pendant 15 minutes parce que 10000 patineurs passent, ça ne m'a jamais dérangé, mais étrangement la même chose avec des motos qui pétaradent (et les mecs jouent des gas comme des gamins), ça ne donne pas pareil, j'ai moins de patience. La pollution sonore et la pollution de l'air me donnent vraiment envie de défoncer cette sous race.
Re: Ce sentiment quand...
samedi 9 juillet 2016 09:13:08
Ce sentiment quand on est guérie après un gros flip, et qu'on réalise qu'il est bon d'avoir peur de temps a autre !

@Roger :
T'exagère pas un peu là ?
Cette "sous race" c'est des passionnés, et la "pollution sonore" si c'était des Harley faut reconnaître que le moteur a une musique plutôt agréable, inimitable !
Re: Ce sentiment quand...
samedi 9 juillet 2016 09:31:37
On peut pas lui donner tort concernant la pollution de l'air :)
Re: Ce sentiment quand...
samedi 9 juillet 2016 09:35:33
"Dis maman, c'est ça qu'on appelle un double standard ?"
Re: Ce sentiment quand...
samedi 9 juillet 2016 19:09:19
Ce sentiment quand "Tu prends tout ça comme livres...?", bah, je pensais en rajouter encore =/.
Re: Ce sentiment quand...
lundi 11 juillet 2016 10:21:36
Citation
caro-logy
Ce sentiment quand on est guérie après un gros flip, et qu'on réalise qu'il est bon d'avoir peur de temps a autre !

@Roger :
T'exagère pas un peu là ?
Cette "sous race" c'est des passionnés, et la "pollution sonore" si c'était des Harley faut reconnaître que le moteur a une musique plutôt agréable, inimitable !
- J'exagère toujours.
- Les manifestations de motard ne me plaisent vraiment pas, et j'ai assisté à bien trop de ces évènements dans ma vie pour ne pas insister sur combien je trouve que c'est délétère
- Je n'ai pas vu de Harley, c'était de la fausse sportive, genre 500cm3 qu'on faisait pétarader, c'était pénible parce que beaucoup des motos étaient à leur limite et que le bruit n'était pas beau, on sentait qu'ils les niquaient leur moto et qu'ils n'y connaissaient rien, seul comptait le vacarme, le "regardez nous on est là".

J'oubliais qu'il y a aussi la pollution thermique en plus de celle olfactive et la classique pollution de l'air, quand il fait chaud, un moteur qu'on fait monter à 6000 tours juste pour faire du bruit, ça dégage une bonne grosse chaleur.

Bref, j'ai très peu d'affinité avec les motards, mais je les tolère, et j'arrive même à comprendre et aimer certains passionnés, mais les rassemblements bruyants, trop peu pour moi, au goulag.
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 12:52:42
Ce sentiment quand un recruteur ne lis pas ton profil et te propose un job payé 30000€/an...
C'est limite de la faute professionnelle là (il faudrait presque la doubler pour que ce soit intéressant pour des profils comme le mien).
Habituellement je ne dis rien, là je lui ai fait remarquer son manque de professionnalisme.
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 13:51:36
On m'a proposé de faire le helpdesk pour free (vraiment juste le support téléphonique), le culot n'a pas de limite pour les commerciaux, et souvent les RH n'ont pas d'autre choix que de se plier à ce genre de décision débile et rencontrer le candidat, en mode "sait-on jamais".
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 16:43:38
Citation
Woofy
Ce sentiment quand un recruteur ne lis pas ton profil et te propose un job payé 30000€/an...
C'est limite de la faute professionnelle là (il faudrait presque la doubler pour que ce soit intéressant pour des profils comme le mien).
Habituellement je ne dis rien, là je lui ai fait remarquer son manque de professionnalisme.

Pour quoi comme poste ?
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 17:03:43
Responsable commercial avec environ 15 ans d'expérience, selon une source sûre !
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 18:29:00
Guss : Support niveau 1. Un poste que j'ai occupé il y a plus de 4 ans. Depuis j'ai évolué et j'ai un job intéressant.
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 18:30:31
Roger : A la rigueur, helpdesk Free, s'ils proposent un bon salaire... Mais bon chez Free ce n'est pas le cas.
Re: Ce sentiment quand...
mardi 12 juillet 2016 19:32:22
Ce sentiment quand de tout le site, seul la page ayant les coordonées et horaires du centre d'inscription est down...
Re: Ce sentiment quand...
vendredi 15 juillet 2016 02:26:08
Ce sentiment quand t'arrive pas à joindre les copains niçois...
C'est frustrant >.<
Re: Ce sentiment quand...
vendredi 15 juillet 2016 18:52:20
Tu as pu avoir des nouvelles Caro ?
Re: Ce sentiment quand...
lundi 18 juillet 2016 16:06:15
Ce sentiment quand
Les derniers éclats du soleil venaient de disparaître, la nuit était douce, je marchais paresseusement entre les familles de touristes, et m'imprégnais de leur joie de vivre. Un couple très beau attira mon attention, leur rire était communicatif, leur bonheur palpable, tandis qu'ils raillaient leur jeune fils qui venait de sursauter suite à l'explosion d'un pétard. Le ciel n'était plus éclairé par le magnifique feu d'artifice auquel on venait d'assister, mais mes oreilles en bourdonnaient encore, tandis que lui venait de retirer des boules Quies. Sa sœur qui devait avoir environ cinq ans le regardait sans comprendre, en lui tirant sur le t-shirt pour qu'il lui explique malgré sa gêne momentanée. J'allais reprendre mon slalom dans la foule dense mais les gestes d'apaisement du jeune garçon qui retirait doucement les bouchons d'oreille de sa sœur et faisait signe à ses parents qu'ils arrivaient, qu'ils allaient les rejoindre, me captivaient.

Une clameur hors norme réveilla tous mes instincts, des bruits inhumains, chocs sourds, me sortirent de ma rêverie, et je levai les yeux sur ce qui me cloua à nouveau sur place, jambes flageolantes, spectateur éternel, l'esprit incapable d'interpréter les informations qu'il captait.

C'est un ange qui me fit revenir à la raison.

Le père des deux jeunes gens plus exactement. Irradiant d'une sorte d'assurance irréfléchie, il venait d'apparaitre dans mon champ de vision et d'occulter un instant le monstre dont la seule vue m'avait foudroyé.

Aussi acceptai-je tout naturellement ce qui me vint ensuite par éclairs flous de souvenirs épars, tandis que sur un lit d'hôpital, je revenais à moi : l'homme s'était interposé entre un poids lourd lancé à grande vitesse et ses enfants, il n'avait pas eu le temps de les pousser à l'abri, donc il avait naturellement plié le bras droit, l'avait levé à hauteur d'épaule, et s'en était servi comme d'un bouclier, tandis que les jambes arque-boutées il s'était préparé à encaisser l'impact avec la ferme intention de ne pas bouger d'un pouce. Le camion s'était retrouvé si brutalement stoppé dans sa course que dix mètres plus loin le chargement avait heurté le bitume, m'envoyant une volée de débris qui m'avait étourdi. L'homme allait bien, ses enfants étaient sauvés, la menace était anéantie, le chauffeur était mort sur le coup, et les média saluaient le héro du jour, s'interrogeant sur la nature de sa force, naturelle ou divine, scientifiquement impossible ou le résultat de coïncidences incroyables qui s'étaient combinées pour sauver ce que l'humanité avait de plus simplement cher : un bout d'innocence joyeuse ?

Non, les supers pouvoirs n'existent pas, les héros sont souvent loués après leurs morts et n'ont que faire d'éloges posthumes, l'ange avait été pulvérisé avec ses enfants, et mon cerveau refusait simplement d'assimiler ce que mes sens lui avaient criés... Mais pour toujours je conserverais ce film d'espoir dans ma mémoire, auquel les deux enfants s'étaient raccrochés dans les derniers instants de leur vie, cette fable épique à laquelle un public réduit et éphémère avait applaudi à tout rompre, et dont j'étais le seul rescapé, seulement assommé par le corps sans vie du jeune enfant qui avait volé jusqu'à moi ; et dans ce film, l'ange souriait.

Re: Ce sentiment quand...
lundi 18 juillet 2016 18:37:33
Pouce vert XD
Re: Ce sentiment quand...
mardi 19 juillet 2016 04:10:54
Ce sentiment quand tu verses ton jus de fruit dans ton bol et non dans ton verre...
Re: Ce sentiment quand...
mardi 19 juillet 2016 09:50:05
Merde ! T'as pu rattraper ça ? :/
Re: Ce sentiment quand...
mardi 19 juillet 2016 10:01:59
Oufti!

T'as plus qu'à renverser le contenu de ton bol dans ton verre.

Ce sentiment quand il fait mourrant de chaud et que j'hésite à faire les deux heures en vélo (enfin plutôt en bmx) qui me séparent de Maastricht (parce que le but, c'est pas d'arriver là tout transpirant non plus x/)
Re: Ce sentiment quand...
mardi 19 juillet 2016 13:50:40
C'est quoi que tu appelles "mourant de chaud"? 25-27°C?