Salut! Identification

Recherche avancée

Le coin lecture

Envoyé par Kaiju_Steeve 
Re: Le coin lecture
jeudi 15 septembre 2016 22:45:18
Je te conseille de commencer par A l'est d'Eden si tu veux que ta mère conserve la cloison séparant ses deux orifices. Sinon le nez s'affaisse et tu lis celui de Dick.

J'ai vu l'adaptation de Johnny s'en va-t-en guerre il y a quelques mois, excellent film alors j'imagine que le livre vaut clairement le coup également !
Re: Le coin lecture
jeudi 15 septembre 2016 23:03:55
Sinon, lu dernièrement :

Le lion de Kessel : pas besoin de présenter? génial tout simplement. Je n'avais lu que la version BD quand j'étais ado, j'avais adoré. Le roman complet est encore mieux.

Le procès des étoiles de Florence Trystram : un roman historique qui relate l'aventure de scientifiques français partis au Pérou en 1735 pour mesurer un arc du méridien terrestre. C'est creux, mal écrit, la partie scientifique est très survolée... A oublier

Croc-Blanc de Jack London : de même que Le lion, on ne présente pas, même critique : génial. C'est la troisième fois que je le lis, c'est la troisième fois que je me laisse emporter par la plume de London.

La trilogie martienne de Kim Stanley Robinson. Cultissime, génialissime, énormissime. Vous aimez la SF? C'est un incontournable! Vous n'aimez pas la SF, vous aimerez quand même. Ce monument est un pilier de la hard SF, mais tellement plus! quasi toutes les sciences sont abordées à un moment ou à un autres de cette trilogie, que ce soit la mécanique, la géologie martienne (aréologie), l'économie, la médecine, la sociologie, l'astronomie, la psychologie et la psychiatrie, ... et tant d'autres encore. L'auteur prend prétexte à la colonisation de Mars pour aborder tous ces sujets, tout est parfaitement lié, et l'écriture elle même est très bonne. A mettre entre toutes les mains! Attention toutefois, c'est du gros pavé! L'édition que j'ai entre les mains, elle fait 1600 page en grand format, écrit petit. Mon seul regret? il aurait dû être encore plus gros, certains passages auraient mérité d'être encore plus développés, et dans certains autres, l'auteur ne parle que d'un personnage (ou groupe) pendant plusieurs années, les autres sont oblitérés, et on aimerait tellement savoir comment ils évoluent eux aussi. Cependant, ça doublerai (au moins) la taille du bouquin...
Re: Le coin lecture
vendredi 16 septembre 2016 13:26:40
Pas mieux pour le Lion, tellement immersif !
Re: Le coin lecture
dimanche 18 septembre 2016 14:50:29
J'ai fini Boussole de Mathias Enard, prêté gentiment par Syca, et encensé sur ce topic par ledit Syca et Slather aussi si je ne m'abuse.
Bon bah j'ai été déçu moi perso. Peut-être à cause de l'excellente réputation du bouquin (prix Goncourt je crois), des critiques lues auparavant, ou que sais-je. J'attendais mieux.
Le bouquin narre la nuit blanche d'un musicologue épris d'Orient, qui va passer ces heures à ressasser ses souvenirs, avec notamment sa relation avec la femme qu'il aime.

C'est merveilleusement écrit. Vraiment vraiment vraiment. J'ai relu certains passages de nombreuses fois tant Enard manie la langue française magnifiquement.
Un extrait parmi d'autres :
"Le parfum du chant nous emportait [..]
Je sentais la chaleur du corps de Sarah contre moi, et mon ivresse était double - nous écoutions à l'unisson, aussi synchrones dans les battements de nos cœurs et nos respirations que si nous avions chanté nous-mêmes, touchés, emportés par le miracle de la voix humaine, la communication profonde, l'humanité partagée, dans ces rares instants où, comme dit Khayyam, on boit l'éternité."


Mais la forme ne fait pas tout, toute virtuose soit-elle.
J'ai trouvé le livre plat. Ce ne sont que des réminiscences, qui nous font voyager de belle façon vers le lointain Orient, sans qu'il ne se passe vraiment grand chose. Et si la déclaration d'amour d'Enard pour ces terres est sublime, et que son érudition à son sujet s'en ressente à chaque page (on croule sous les citations musicales, littéraires, parfois jusqu'au trop-plein), je n'ai pas réussi à rentrer pleinement dans le livre.
Et j'ai juste eu l'impression d'avoir affaire à un magnifique écrin, superbement poli, mais qui ne recèle qu'une sorte de vide...
Re: Le coin lecture
mercredi 21 septembre 2016 08:32:02
Livre bouleversant fini y a quelques minutes : Johnny s'en va-t-en guerre, de Dalton Trumbo.
Ou l'histoire d'un jeune Américain parti se battre dans les tranchées de la Première Guerre mondiale et qui se retrouve affreusement mutilé (plus de bras, de jambes, rendu sourd, aveugle et muet).
Seuls lui restent ses souvenirs et la sensation de toucher, grâce à laquelle il va désespérément tenter de communiquer avec l'infirmière chargée de ses soins.

C'est un livre qui vous prend par les tripes, et dénonce une fois encore l'absurdité des guerres. Alors que A l'Ouest rien de nouveau avait une vision plutôt globale et se déroulait durant la guerre en elle-même, ce livre nous fait totalement partager les pensées d'un individu, et la guerre n'est au final que rarement évoquée, le mal étant déjà fait.
Les pensées de Johnny sont magnifiquement retranscrites, et son esprit qui se perd entre le vagabondage et la folie émeut forcément.
Bref, j'vais m'arrêter là, mais faut vraiment lire ce livre je trouve. Une superbe ode antimilitariste, qui fut censurée pendant très longtemps aux Etats-Unis. Faut dire qu'en pleine WW2, ça faisait tache de publier des trucs du style :

"Il n’y a rien de noble dans le fait de mourir. Même pas si vous mourez pour l’honneur. Même pas si vous mourez en héros si vous êtes le plus grand héros que la terre ait porté. Même pas si vous êtes célèbre au point de rendre votre nom inoubliable et qui donc atteint pareille célébrité ? La chose qui a le plus d’importance c’est votre vie mes petits gars. Morts vous n’êtes bons à rien sinon à servir de sujet aux discours."
Re: Le coin lecture
mardi 27 septembre 2016 18:35:57
Hypérion, enfin ! Le premier volet des Cantos a été avalé en 3-4 jours (burp), merci Slather pour le prêt.
Syca, je pense qu'on va être amené à se voir bientôt pour le second volet dis donc.

Pas grand chose à dire si ce n'est que c'est grandiose. J'avais rarement autant vibré à la lecture d'un bouquin de SF (avec Dune et plus récemment La Zone du dehors). L'univers qu'a imaginé Simmons est d'une richesse incroyable, et alors que j'avais peur d'un léger ennui sachant que le bouquin était constitué de témoignages autobiographiques, il n'en fut rien et je fus transporté de bout en bout !
Re: Le coin lecture
mardi 27 septembre 2016 20:45:37
Je me disais aussi que ta soudaine amabilité cachait quelque chose, raclure !

Tu ne vas pas être déçu du second tome je pense, la richesse est très légèrement moins présente, structure oblige, mais les arcs narratifs se croisent et se fusionnent magistralement.

J'ai entraperçu un exemplaire d'Endymion utilisé par MF comme une feuille de vigne parmi les photos de charme qu'il m'envoie régulièrement, deux fois plus de raisons de lui prodiguer mes faveurs jusqu'à ce que prêt s'ensuive.
Re: Le coin lecture
mercredi 28 septembre 2016 09:43:37
Personnellement, j'ai presque préféré Endymion à Hypérion. Mais on est tellement dans le très haut de gamme que les comparaisons deviennent franchement marginales, donc peu significatives.
Re: Le coin lecture
jeudi 29 septembre 2016 12:38:02
Tiens et pour continuer sur ma passionnante liste de lecture, j'ai lu Je suis une légende.
Je m'attendais à un mini-pavé, mais en fait ça se lit en même pas deux heures.

Alors ptet qu'il a souffert d'être lu juste après Hyperion que j'ai adoré, mais en tout cas j'suis déçu. Déçu parce qu'on me l'avait si bien vendu sur ce forum (même si Milka avait émis des réserves de mémoire) et que le bouquin a plutôt une bonne réputation.
Alors oui, le livre fait certes figure de chef-d’œuvre à côté du film très hollywoodien qui a complétement défiguré l’œuvre originale, comme j'ai pu m'en rendre compte à ma lecture. Mais malgré cela, ça manquait de profondeur j'ai trouvé. Tout le contexte post-apocalyptique est plutôt bien rendu, avec ce qu'il faut de non-dits, mais à aucun moment je n'ai réussi à m'attacher véritablement au personnage principal. Je n'ai donc pas réussi à m'investir pleinement dans la lecture, et les différentes péripéties décrites suscitaient uniquement un vague intérêt de ma part (même si l'épisode du chien est poignant je trouve).
La fin est toutefois intelligente dans son inversion des points de vue, mais je sais que j'aurai oublié ce livre dans quelques mois.
Re: Le coin lecture
jeudi 29 septembre 2016 13:08:36
Ah bah un peu tout pareil dis donc. J'avais trouvé la fin assez maligne (maline ?), et c'est à peu près tout.

MF a vraiment des goûts de merde.
Re: Le coin lecture
jeudi 29 septembre 2016 14:21:16
Assurément Milka, si on avait encore besoin de s'en convaincre après ses erreurs capillaires...
Tiens et en faisant de l'archéologie, j'ai retrouvé ça :

Citation
RogerLAmer plus jeune de quelques mois
Je suis en train de lire Je suis une légende, et je suis super déçu, je me force à avancer...
Je ne sais pas ce qu'il vaut en anglais, mais en français le style hyper saccadé me gâche tous les moments poétiques, c'est écrit d'une manière très très pauvre. Et pourtant tout y est, les sentiments, la construction, l'action, tous les ingrédients te donnent l'impression que ça pourrait être un livre vraiment extraordinaire, mais c'est tellement mal écrit que tout est raté.

'Tain, pour une fois que Roger a le même ressenti que moi sur un bouquin !
C'est vrai que je n'avais pas parlé du style, mais je n'y ai personnellement rien trouvé de transcendant.
Re: Le coin lecture
dimanche 2 octobre 2016 20:33:38
Je suis plongé depuis le milieu de la semaine dans Perfidia, le dernier bouquin de James Ellroy. C'est du Ellroy tout craché, donc c'est un style lapidaire, ultra-percutant, dans l'univers très sombre de Los Angeles.
Pour ce quatuor de bouquins à venir (ce n'est ici que le premier volet), Ellroy a posé ses valises dans la Cité des Anges juste après l'attaque de Pearl Harbor, en 1941 donc, avec notamment toute la xénophobie asiatique qui s'en est suivi. Le livre suit 4 personnages différents (dont la plupart apparaissent dans d'autres oeuvres antérieures d'Ellroy), dont les histoires s'entrecroisent sur fond d'un quadruple meurtre.

Bon, je suis fan d'Ellroy, ses bouquins m'ont transporté comme peu d'autres l'ont fait (je pense notamment au Grand Nulle Part ou à la trilogie Underworld USA), et là encore ça fait mouche.
C'est hyper dense, le style est simple mais tellement efficace (souvent à base de Sujet - Verbe - Complément. Sujet - Verbe - Complément) qui laisse haletant. Pis c'est romancé, mais ça s'ancre dans une réalité historique passionnante à découvrir, avec une valse de personnages fictifs et ayant existé.
Donc je ne peux que vous conseiller les bouquins d'Ellroy si vous ne connaissez pas. Perfidia n'est pas le meilleur pour commencer à découvrir son univers noir, mais Le Dahlia noir ou même L.A. Confidential font parfaitement l'affaire !
Re: Le coin lecture
lundi 3 octobre 2016 17:18:30
Ouais, et Hypérion est incroyable, je l'ai fini aussi, mais je reste sur ma faim sur le style aussi. Pas pauvre comme celui de Je suis une légende, mais peut mieux faire. Le mec te parle de poésie à tire larigot et n'est pas capable d'aligner deux vers qui riment, ni de trouver un rythme ou un phrasé qui soient harmonieux, à tous les coups c'est un gars qui a fait des études scientifiques ça...

La richesse de l'univers et de l'histoire n'en pas moins extraordinaires au point de m'avoir fait avaler le bouquin en un rien de temps.

Le cliffhanger à la fin d'Hypérion est un peu déconné par contre je trouve. Soit tu finis ton bouquin avec quelque chose et le lecteur choisit de lui même de lire une éventuelle suite, soit tu intègres la suite au même bouquin, mais faire ça c'est vraiment du marketing de bas étage.
Quand tu finis le tome 1 de la série de Jaworski, tu ressens un grand vide, un manque incroyable, une réelle envie de t'immerger à nouveau, mais au moins les intrigues les plus importantes sont résolues, tu n'es pas comme un con avec tes questions en train de lire les crédits bibliographiques en espérant comprendre ce qu'il arrive à ce putain de bébé qui régresse en âge.
Re: Le coin lecture
mardi 4 octobre 2016 10:40:51
Personnellement, j'aime bien quand on a une conclusion ouverte comme ça, ça me permet d'imaginer plein d'explications possibles.

Re: Le coin lecture
mardi 4 octobre 2016 18:03:42
À votre avis, La Horde du Contrevent, c'est accessible à un enfant de 10 ans ?
Re: Le coin lecture
mardi 4 octobre 2016 18:20:28
Les romans de fantaisie sont destinés à la jeunesse, voire aux très petits enfants.
Re: Le coin lecture
mardi 4 octobre 2016 19:25:26
C'est un peu chaud 10 ans non ? Notamment par rapport aux changements de narrateur peut-être.

Après ça dépend, mais l'intérêt du bouquin c'est aussi que Damasio manie super bien la langue française, ce serait bête de passer à côté de cet aspect parce qu'on est trop pitit :(
Re: Le coin lecture
mardi 4 octobre 2016 22:49:03
Tibere : difficile de généraliser quand même. Certes certains auteurs ont l'âge mental du lectorat que tu indiques, mais Damasio est un poil plus exigeant sur l'aspect linguistique et conceptuel. Et il fait pas du mauvais Tolkien.
Re: Le coin lecture
mercredi 5 octobre 2016 08:19:51
Je confirme, La Horde, c'est pas forcément accessible pour un lectorat aussi jeune je pense. Sous peine de passer à côté de l'essence même du bouquin. La langue est très riche avec du vocabulaire assez fourni (quand il n'est pas inventé), les changements constants de narration ne sont pas toujours évidents à suivre, et y a tout une dimension philosophique qui à mon avis demande davantage de maturité.
Re: Le coin lecture
mercredi 5 octobre 2016 09:06:00
Merci de vos avis, qui rejoignent un peu le mien. Mon fils est revenu enthousiaste de l'école, voulant absolument lire ce livre conseillé par son prof de dessin (qui leur a montré en classe ses illustrations du bouquin).
Je ne pense pas néanmoins que la richesse du vocabulaire ou de style soit un obstacle, ya pas d'âge pour lire du bon français. Et la prunelle de mes yeux y est assez sensible, certaines tournures de phrases l'avaient d'ailleurs gêné chez Proust.
Je vais l'abonner (C) à Mes couilles Mickey parade, Pluto.
Re: Le coin lecture
mercredi 5 octobre 2016 10:48:41
Jules Vernes c'est bien à cet âge là.
Je suis sérieux.
Re: Le coin lecture
mercredi 5 octobre 2016 11:32:12
Oui, il le lit. Sinon il aime les séries, type La guerre des clans ou Les secrets de l'Immortel (mais bizarrement pas fan de Harry Potter).
En fait, il aime bien plein de trucs en lecture, il est assez épileptique, il adore toujours Claude Ponti (mais c'est de famille) par exemple.
Re: Le coin lecture
mercredi 5 octobre 2016 11:53:40
Ça doit être pratique pour faire la lessive
Re: Le coin lecture
lundi 10 octobre 2016 11:13:51
Le hasard faisant bien les choses j'ai fini ce week-end ... La horde du contrevent.
Contrairement à nombre de vos avis, j'ai trouvé ça nul et plat, un style d'écriture tout droit sorti du caniveau, ...
Nan, c'est tout le contraire!
Les éloges qu'on voit un peu partout sur ce bouquin sont très largement justifiées. Seul petit point qui aurait pu être ennuyeux : j'ai deviné la chute bien avant d'y arriver, mais même comme ça, c'est passé crème.
Et merci au marque-page qui est bien utile.

Prochaines lectures : La cité de Strella Gemmell (femme de David) et Lontano de Grangé
Re: Le coin lecture
lundi 17 octobre 2016 09:51:38
Ma copine est en train de lire La Horde, et ça ne lui plait que moyennement. C'est moche de mettre ainsi un terme à 6 ans de relation, mais je pense ne pas avoir d’autre choix.

Sinon, pas mal de bouquins lus ces deux dernières semaines, donc hop petit pavé :

  • Le second tome des Cantos d’Hypérion, La Chute d’Hypérion, qui reprend là où le premier tome s’était arrêté. La construction narrative est en revanche très différente : alors que le premier tome offrait une succession de récits (auto)biographiques des différents pèlerins, on entre ici dans le vif du sujet avec l’action proprement dite et un récit plus conventionnel, alternant les vues entre personnages.
    C’est toujours de la grande SF, énormément d’imagination de la part de Simmons, même si j’ai été légèrement moins touché que par le premier tome. Pas mal de questions restent en suspens à la fin du bouquin, ce qui peut être intéressant ou frustrant selon les points de vue.
  • Un classique que j’avais envie de relire : Un Tramway nommé Désir de Tennessee Williams (adapté au cinoche avec Marlon Brando et Vivian Leigh). Une pièce de théâtre en huis-clos où un couple prolétaire et sensuel voit son quotidien dérangé par l’arrivée de la sœur de la femme, qui cache un lourd secret.
    C’est superbement écrit, la trame est puissante et limpide. Une de mes pièces de théâtre contemporaines préférées!
    Du même auteur, j’ai enchainé sur les pièces très courtes en un acte Portrait d’une madone, Parle-moi comme la pluie et laisse-moi écouter (titre superbe) et Propriété condamnée. Les deux dernières valent le coup d’œil, même si elles n’atteignent pas les sommets de Un Tramway nommé Désir.
  • Born to Run, l’autobiographie de Bruce Springsteen. Je suis loin d’être objectif quand cela touche à ce chanteur, mais pour le coup, c’est une excellente bio (alors que je ne suis pas fan du genre). L’artiste y révèle son enfance, ses débuts, ses fêlures, mais surtout excelle quand il s’agit de poser un regard sur ses contemporains et sur la working class américaine.
    Ca ne parlera sans doute pas à ceux qui ne connaissent pas l’artiste en revanche (contrairement aux excellentes Chroniques autobiographiques du nouvellement Nobellisé Bob Dylan, que je conseille à tous. Pas mal ont beaucoup ironisé sur son Nobel de littérature, mais le bonhomme sait écrire, que ce soit des textes de chansons ou des livres).
  • Ptet ptet le meilleur pour la fin : L'Homme qui savait la langue des serpents de l’Estonien Andrus Kivirähk. J’en suis qu’à mi-roman et pourtant déjà totalement transporté par le souffre romanesque du livre. Le roman se déroule dans une Estonie imaginaire inspirée de l'Estonie du Moyen Âge. Dans l'univers du roman, la magie existe, inspirée par les contes et légendes estoniens. Le narrateur est Leemet, qui est un jeune garçon au début du roman. Leemet vit avec sa famille et sa tribu dans une immense forêt. Le peuple de Leemet conserve encore un mode de vie guidé par ses traditions immémoriales, et dont la caractéristique la plus importante est la maîtrise de la langue des serpents, une langue magique qui permet de se faire comprendre des serpents et de se faire obéir de la plupart des animaux. (Wikipédia).
    C’est juste… fantastique. Ca allie à la fois le côté épique des sagas mythologiques nordiques, et le réalisme magique comme dans Cent ans de solitude de Garcia Marquez. Pis en plus c’est drôle tout en dressant en filigrane le portrait d’une part de notre société actuelle (tous les débats identitaires…). Je ne peux que très très fortement vous le conseiller.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum. Se connecter / s'inscrire.