Salut! Identification

Recherche avancée

Le coin lecture

Envoyé par Kaiju_Steeve 
Ce forum est en lecture seule. C'est une situation temporaire. Réessayez plus tard.
Re: Le coin lecture
samedi 28 janvier 2017 11:46:08
L'an dernier, il y avait eu une série d'émissions sur Virginia Woolf sur France Q (j'écoute pas, hein, c'est un copain qui écoutait dans sa voiture). Je vous mettrais bien (j'ai pas fini ma phrase) le lien, mais j'ai une valise à faire.
Re: Le coin lecture
mardi 7 février 2017 09:00:32
Tiens j'ai enfin lu Ravage de Barjavel, ou quand une société tombe dans l'anarchie totale suite à des déréglements électriques qui plongent tout dans le chaos.
C'est toujours super bien écrit, et si on prend en compte que ce livre est l'un des premiers du genre à développer cette idée de trame, c'est assez impressionnant tout ce qu'a pu imaginer le brave R'né.
J'ai néanmoins l'impression que la formule a été améliorée depuis, mais le bouquin reste super puissant, notamment par le pessimisme dans lequel il est plongé.

Et là, je finis Le Bruit et la Fureur, de William Faulkner, un classique de la litté ricaine. Un des trucs les plus difficiles à lire qui me soit passé entre les mains, notamment à cause du style de l'auteur qui fait corps avec ses personnages. Ca veut rien dire mais tant pis.
En gros, on a une partie de livre conté par un retardé mental qui saute du coq à l'âne par association d'idées, une autre par un mec suicidaire qui "vas-y, fuck la ponctuation" et nous donne un récit chaotique, etc.
Le tout pour donner 4 points de vue sur une vieille famille du Sud américain qui se déchire et se décompose lentement. C'est prenant, c'est impressionnant, mais faut la vache, faut s'accrocher !
Re: Le coin lecture
vendredi 10 février 2017 09:58:36
Ravage c'est un des premiers livres à m'avoir vraiment transporté, chamboulé, fasciné, façonné.
Re: Le coin lecture
mardi 21 février 2017 08:48:03
Suis en train de lire A l'Est d'Eden, de John Steinbeck, une fresque historique qui suit deux familles au tournant du XXe siècle dans la vallée de la Californie.

Lester et Milka avaient déjà encensé le bouquin si j'en crois ma mémoire et surtout l'outil de recherche du forum. Eh ben je remets une pièce dans le nourrain : c'est formidable. Faut lire ce bouquin.
Re: Le coin lecture
mardi 21 février 2017 10:07:11
J'en remets une couche sur Steinbeck en ajoutant que Des souris et des hommes, c'est vachement bien. Et qu'on pleure comme des lopettes à la fin.
Re: Le coin lecture
mardi 21 février 2017 16:03:04
Vous me donnez franchement envie de devenir homo, si un jour je saute le pas pour un truc à quatre, je vous veux tous les deux et on déterre ce brave John.
Re: Le coin lecture
mercredi 22 février 2017 02:46:08
Super des souris et des hommes merci pour les souvenirs.
Le film était pas mal aussi d'ailleurs. (Pour les feignasses, il respecte plutôt bien l'histoire).

Sinon je lis le neuromancien de Wilson Gibson (sf). Livre qui est des premiers à avoir influencé le mouvement cyber punk. Je recommande aux amateurs de blade runner.
Re: Le coin lecture
jeudi 2 mars 2017 08:30:58
Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis, de Desproges, juste superbe. 52 définitions de mots (un nom commun et un nom propre par lettre), dans la plus pure veine de Desproges. Jubilatoire comme toujours.
Une des plus connues je pense : "La femme est assez proche de l'Homme, comme l'épagneul breton. À ce détail près qu'il ne manque à l'épagneul breton que la parole, alors qu'il ne manque à la femme que de se taire. Par ailleurs, la robe de l'épagneul breton est rouge feu et il lui en suffit d'une."

Le Goût de l'immortalité, de Catherine Dufour, acheté sur sa bonne réputation. Roman de science-fiction, où "Dans un futur dystopique obsédé par les modifications génétiques et rongé par la pollution, la fille d'une prostituée mandchoue vit dans la ville hypertechnologique de Ha Rebin. Solitaire, elle a développé une intelligence acérée. Vieille de plus d'un siècle, elle revient sur son adolescence pour raconter l'histoire d'un homme qui a passé quelque temps auprès d'elle, un entomologiste nord-européen nommé Cmatic. Il était venu en Chine pour enquêter sur une mystérieuse maladie, dont il risque d'être la victime à son tour."
Déçu, je m'attendais à mieux. Belle imagination de l'auteure pour créer un univers et des ambiances, mais ça manquait de profondeur pour moi.
Re: Le coin lecture
jeudi 2 mars 2017 09:26:18
Marrant ça, je me souviens avoir vol... emprun... trouvé Le Goût de l'immortalité au hasard des étagères de Hachette, et je m'étais dit que c'était probablement un roman pour jeunes ados dopé(e)s aux hormones (il faut dire que la couverture n'aidait pas, ils ont fait bien mieux dans d'autres éditions). Du coup, n'ayant aucune attente, j'avais été très agréablement surprise. La trame narrative n'est pas linéaire du tout, on est plongé dans le monde et ses différentes facettes très rapidement, et même si on ne s'attache pas vraiment aux personnages, y'a une vision.

J'ai l'impression que tu es quand même souvent bridé par tes attentes Spirou, je crois qu'un grand service à te faire serait de te refourguer des trucs géniaux dans les bras en te disant "c'est un peu une daube mais ça passe". Sauf pour Steinbeck, bien sûr.
Re: Le coin lecture
jeudi 2 mars 2017 09:53:07
Ah ouais, la 1re de couv' digne d'un Twilight, les salauds ! Une petite pensée pour toutes ces jeunes adolescentes qui pensaient sans doute lire une aventure d'Edward le bellâtre au teint blafard et qui se sont retrouvées avec cette histoire dans les mains.
J'avais un dessin beaucoup plus SF classique pour ma part, ouf, ça ne dénature pas ma bibliothèque.

Et j'y peux rien si je me renseigne avant d'acheter un bouquin. Me souviens que t'en avais dit du bien, Sens Critique lui filait une bonne moyenne, et la 4e de couverture me vendait un bouquin ayant remporté plein de prix de SF prestigieux !

Et le bouquin a des qualités, je ne le nie pas. Cette narration en forme de lettre à la 1re personne par exemple, la capacité de nous plonger dans différentes ambiances (celle punk apocalyptique de la société de Path est très réussie je trouve), une façon assez virtuose de désigner notre présent à nous tandis que l'action se passe deux siècles plus tard.
Mais si j'étais super enthousiaste sur les 100 premières pages, les 200 suivantes ont laissé place à un peu de lassitude. Difficile d'expliquer vraiment pourquoi, mais j'ai un peu eu l'impression d'un soufflé, qui gonfle et gonfle pour finalement aboutir sur pas grand chose.
Re: Le coin lecture
jeudi 2 mars 2017 09:55:28
(Bon après, je me dis que faut relativiser : j'ai seulement perdu 2 euros et 1h30 de ma vie à lire un bouquin qui n'était pas non plus un désastre)
Re: Le coin lecture
jeudi 2 mars 2017 09:59:10
Roger me demande si ce livre avait obtenu des prix littéraires ?
Re: Le coin lecture
jeudi 2 mars 2017 10:08:41
Mais un peu ouais mon cher Lester, lis par toi-même :
- Prix Bob-Morane 2006.
- Prix Rosny aîné 2006.
- Prix du Lundi 2006.
- Grand prix de l'Imaginaire 2007.
J'ai bien peur que notre ami Roger ne se penche jamais sur ce bouquin donc.
Est-ce un mal pour autant ? Pas sûr, même si mon avis n'est qu'un parmi d'autres évidemment...

(J'ai pas fait de recherches poussées à ce sujet, mais pour moi, Bob Morane c'était soit un héros d'une BD d'aventures plutôt sympa, soit un hommage d'Indochine à ce personnage. Me demande comment son nom s'est retrouvé accolé à un prix récompensant un bouquin de SF)
Re: Le coin lecture
jeudi 16 mars 2017 10:16:33
Je vais remettre une piècette dans la machine, car le bouquin a déjà été évoqué quelques fois ici, mais j'ai quasi fini Endymion, le troisième tome des Cantos d'Hypérion de Dan Simmons, et tudiou que cette saga est magistrale.
On se retrouve embarqué dès les premières pages, l'imagination de l'auteur fait encore des merveilles.

Et pis depuis le temps que Roger nous tanne avec Jaworski, j'ai acheté Gagner la guerre. Ca a intérêt à être au minimum génial, voire touchant au sublime. Sinon ma batte de base-ball et moi-même t'attendrons à la sortie de la cour de récré Roger.
Re: Le coin lecture
mercredi 22 mars 2017 11:33:03
Ma mère m'a offert pour Noël un p'tit bouquin (pas si p'tit que ça en fait), Pourquoi grimper sur les montagnes ? de Patrick Dupouey, alpiniste assez chevronné et prof de philosophie. Alors, même si je suis pas fan de la philo, vu que la montagne c'est chouette, je me suis dit pourquoi pas.

Et en fait non, rien à faire, je m'suis fait chier. Lire un gars évoquer les auteurs d'avant JC qui disent que pour eux, la montagne c'est ci, et ça, et nanana, et c'est beau, et c'est sublime, et on peut comparer ça aux textes de machin de 588... Ça m'intéresse pas. Pourtant c'est pas mal écrit ou quoi, l'auteur a l'air passionné tout plein, mais rien à faire, je m'ennuie en lisant ça, j'ai l'impression de lire du vide, des trucs dont au final je me fous. Du coup je saurais pas vraiment le conseiller ou non, vu que j'ai dû en lire moins de la moitié avant d'abandonner.
Re: Le coin lecture
mercredi 22 mars 2017 13:00:53
"La montagne, ça vous gagne" qu'y disaient...
Publicité mensongère donc !

De mon côté, j'ai (enfin !) lu Alice au pays des merveilles, de Carroll. De l'humour anglais, du chaos littéraire, de l'imagination. Bref c'est cool.
Et j'ai (enfin !) attaqué mon premier Houellebecq avec Les Particules élementaires. Du cul, du pessimisme et un certain humour glaçant. Bref c'est cool.
Re: Le coin lecture
mercredi 22 mars 2017 18:27:58
J'ai seulement lu Extension du domaine de la lutte de Houellebecq, j'ai pas pu m'empêcher de penser que ce type avait des gros problèmes psycho...
Je crois que j'ai même préféré son adaptation, avec pourtant Philippe Harel, un des mecs les plus antipathiques que je connaisse (parce que j'avais envie de varier de "le roi des têtes de cons").
Re: Le coin lecture
lundi 27 mars 2017 13:22:28
Citation
RogerLAmer
Je viens de finir Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski.
De nombreuses personnes me l'avaient recommandé.
Ils avaient raison.

Lisez-le.

'Tain ça me fait mal de l'avouer, mais Roger a quand même des bons goûts des fois...
J'en suis à la moitié du bouquin (500 pages environ, le truc est un beau pavé) et c'est super prenant comme livre. A la différence de pas mal d'autres bouquins où la bataille entre deux forces apparait comme une finalité, Jaworski l'évacue dès le premier chapitre, et tout le reste du bouquin est consacré aux luttes intestines de pouvoir pour profiter des retombées de la victoire militaire.
Pis c'est écrit dans un français magnifique.
Pis Jaworski est prof à Nancy, donc bon, c'est forcément un mec bien non ?
Re: Le coin lecture
jeudi 30 mars 2017 21:06:31
Comme déjà dit à Lester (et donc je ne m'adresse plus qu'à Spiral, je ferais mieux de lui envoyer un SMS, mais on ne sait jamais, une Slather perdue peut passer par là, et les SMS groupés c'est chiant) : Gargantaur de Christian Labordes.

C'est poétiquement incorrect, c'est extrêmement chaotique mais bien construit, c'est beau, c'est bon, il y a une fin et un sens, ça m'a fait tout plein de choses, je vous le recommande, je ne sais vraiment pas d'où ça sort mais ma mère me l'a filé en me disant "tiens là dedans y'a un moment ils baisent", et en général elle est plutôt de bon conseil.
Re: Le coin lecture
jeudi 30 mars 2017 22:04:23
"tiens là dedans y'a un moment ils baisent"

C'est un bon conseil ça ô_o ?
Re: Le coin lecture
vendredi 31 mars 2017 08:25:36
Perso moi ça m'a convaincu, je l'ai commandé dès que j'ai lu cette phrase !
Re: Le coin lecture
jeudi 13 avril 2017 10:36:32
Pas mal de livres lus depuis la semaine dernière, qui oscillent entre le bien et le très bien, donc je partage si ça peut donner des idées. Hop, en ordre croissant de préférence :

  • Même pas mort de Jaworski. J'avais adoré Gagner la guerre, et là j'ai été un peu déçu par cette "fantasy celtique", qui nous place dans la peau d'un jeune prince dont le père a été assassiné par son oncle. C'est prenant pour le côté historique et culturel, y a des moments de grâce narratifs, mais je me suis quand même pas mal ennuyé durant un tiers du livre.
  • L'Eveil d'Endymion, le dernier tome qui vient clôturer la saga de SF de Dan Simmons. Les trois premiers volumes étaient excellents selon moi, j'ai moins accroché à celui-ci, qui se perd un peu dans une sorte de mystico-philosophie. Y a moins de personnages intéressants mis en avant, et même si l'histoire d'amour des deux protagonistes est fort jolie, bah ça fait pas tout. Ca reste indispensable à lire si on a commencé le tome précédent évidemment, mais pour le coup, Hypérion est bien plus compact et cohérent qu'Endymion je trouve.
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, de Philip K. Dick, qui a donné le fameux Blade Runner de Ridley Scott au ciné. Et le film et le livre sont clairement différents, et même pas forcément complémentaires. Là où le premier emprunte beaucoup au film noir, le livre est plutôt une réflexion sur l'être humain en général, et la traque des androïdes est un prétexte plus qu'une fin en soi.
    Le titre m'avait toujours beaucoup intrigué, et j'ai enfin compris : les animaux ont quasiment tous disparu dans l'univers créé par Dick et se monnaient désormais à prix d'or, et en posséder est à la fois un signe ostentatoire de richesse et d'empathie. Certains comblent ces manques par l'achat d'animaux électriques, bien moins chers. Tout ce pan est vachement intéressant, et complétement absent du film par exemple.
  • Profession du père de Sorj Chalandon. J'en ai lu qu'un bon tiers, donc sans me prononcer définitivement, on sent quand même qu'on tient un bon livre. Possiblement autobiographique (pas cherché si c'était le cas), la quête de reconnaissance d'un fils envers un père brutal et distant.
    "Mon père disait qu'il avait été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Église pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.
    Je n’avais pas le choix. C’était un ordre. J’étais fier."
  • Qui a peur de Virginia Woolf, pièce de théâtre formidable d'Edward Albee. Ca date des années 60, mais c'est encore super actuel dans le thème et l'écriture. Un vieux couple va se déchirer sous les yeux d'un jeune couple, mettant aussi par là en relief leurs propres défauts. C'est un jeu super cruel que dessine Albee, les répliques fusent comme des uppercuts, ça oscille entre tragédie ou farce cruelle, et ça révèle tout le côté misérable de l'être humain.
    C'est vraiment une grande pièce de théâtre, je peux que la conseiller.
    Ah et ici aussi, j'avais jamais pigé le titre. Il s'avère que c'est juste un jeu de mots intraduisible en français, avec la phrase prononcée plusieurs fois "Who's afraid of Virginia Woolf" à la place de "Who's afraid of big bad wolf" (peur du grand méchant loup).
Re: Le coin lecture
jeudi 13 avril 2017 13:21:34
Parfait, maintenant tu peux enfin me refourguer le dernier tome d'Endymion ! 'foiré.

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, le bouquin qui m'a appris le mot ersatz (bon, 'empathie' par contre c'est pas enregistré). J'aime beaucoup Philip K. Dick (le seul mec dont ajouter l'initiale du second prénom rend le nom moins ridicule), et j'ai pour ce bouquin le petit coup de coeur qu'on réserve au premier livre lu, celui qui nous fait découvrir un excellent auteur.
Re: Le coin lecture
mardi 25 avril 2017 14:11:37
Deux autres livres de Steinbeck lus (c'est fou, première fois que je lis autant un auteur en si peu de temps) :

- Les Naufragés de l'autocar, qui raconte l'histoire d'un groupe de personnes qui ne se connaissent pas et qui vont être obligés de vivre plusieurs heures / jours ensemble suite à des problèmes de bus rencontrés lors d'un voyage, qui va les bloquer d'abord à une station essence puis en plein milieu de nulle part. C'était très chouette, chaque personnage a ses particularités, son histoire, et on les voit tous évoluer au fur et à mesure que l'histoire avance. Une bonne lecture.

- Tortilla flat, qui parle d'un groupe d'amis, vagabonds, qui vivaient dehors et volaient pour survivre, lorsque l'un d'eux hérite d'une maison où ils vont tous venir s'installer. Leur statut social change, leurs attitudes aussi, et on suit l'avancée de leur vie. Le bouquin raconte plein d'histoires qui leur arrive, de manière assez linéaire, si bien que je ne le trouvais pas fou et commençais même à trouver ça un peu répétitif dans la forme, et un poil ennuyeux. Et puis les derniers chapitres sont arrivés, et ça été une sorte de "révélation", comme si tout était prévu depuis le début. Ça m'a pas mal scotché, la fin est très belle et j'ai pas pu m'empêcher de sourire en la lisant.
J'extrapole sans doute, mais j'ai eu l'impression que toute la construction du roman, et ce que j'ai pu ressentir (une routine dans la lecture, sentiment de répétition) est exactement ce que voulait Steinbeck, parce que c'est comme ça que la fin prend vraiment tout son sens et qu'on peut comprendre ce que ressent / fait le personnage de Danny, personnage principal.
Re: Le coin lecture
mercredi 3 mai 2017 14:46:28
Pour faire plaisir à Lester et laisser toute cette politique de côté, les conseils lectures de tonton Spiral :

  • La formidable pseudo-trilogie de Shakespeare, composée d'Hamlet, Othello et Macbeth. Trois œuvres traversées par un même pessimisme sur la nature humaine, par l'inéluctabilité du destin, etc etc., et ponctuées de phrases rentrées dans la légende du 5e art.
    Préférence personnelle pour Othello, tant le personnage de Iago est un parfait salopard. Mais les trois sont brillantes.
  • Le Chemin le moins fréquenté, de Scott Peck, psychiatre de son état. Un des livres fondateurs de la philosophie new age et de la contre-culture apparue dans les années 60/70. S'affirmer en harmonie avec le monde, prendre conscience de ses forces, etc. J'en attendais pas mal de ce bouquin, j'ai été déçu même s'il se lit sans déplaisir, notamment pour les cas scientifiques que Peck rapporte. Mais difficile de travailler sur soi à partir de ces écrits je trouve. N'importe quel bouquin de Tesson me fait bien plus réfléchir typiquement.
  • Le Mythe de Sisyphe, d'Albert Camus, où il développe sa philosophie de l'absurde. Dur de développer en quelques lignes. Instructif, révélateur parfois. Ennuyeux aussi des fois.
  • L'Adieu aux armes, d'Hemingway, une histoire d'amour et de guerre vécue par un jeune soldat auprès d'une belle infirmière. En partie autobiographique parait-il... L'écriture est assez lapidaire, avec un style simple mais puissant. Ca ne m'a pas transporté en revanche, j'ai jugé le tout un peu plat. Ptet passé à côté d'un truc, je sais pas...
  • Les Ames fortes, de Jean Giono. L'histoire d'une vie au tournant du XXe siècle, racontée par des jeux de narration assez déroutants quelquefois. C'est superbement écrit, dans un style très oral et naturel. Belle découverte !