Salut! Identification

Recherche avancée

Du côté plume de l'histoire

Envoyé par Bekvothien 
Ce forum est en lecture seule. C'est une situation temporaire. Réessayez plus tard.
Re: Du côté plume de l'histoire
lundi 30 juin 2014 03:25:43
J'ai jamais insunué faire des trucs serieux, et je vois pas pourquoi un pseudonyme devrait avoir un lien avec ce que tu en fais... Nicolas Cage fait pas que des rôles de prisoniers... (Exemple naze je sais mais c'est le premier qui m'est venu)

Je vois pas la question mais je vais quand même te répondre. Oui je sais que l'explication d'un quatrain (d'ailleurs pourquoi "mini quatrain"? Un quatrain va pas faire 8 vers ^^ ) est plus longue que le quatrain lui-même et c'est normal, le sens derrière un vers peut être très vaste. Je te demande pas de comprendre, pas sûr que tu sois capable de comprendre ma démarche mais ayant déjà reçu des retours positifs je pense continuer. (Ah aussi, si tu étais descendu plus bas tu aurais aussi vu des textes sans explication. Mais bon tu fais comme tu veux hein)


Et ce que tu as dit à la fin me fait plutôt marrer par-ce que tu te contredis en fait ^^

Je fais justement ça pour le plaisir, pas dans un but "professionnel" (sinon j'aurais fait un site, facebook niveau professionnalisme on a déjà vu mieux).
Pour être dans le coup? Heu disons que j'écris d'abord pour moi, des amies m'ont dit de les mettre en ligne pour faire profiter des gens, je m'en contretape d'être "dans le coup". Encore une fois pour être "dans le coup" j'aurais fait un joli site avec plein de bootstrap.

Pour essayer de t'expliquer en prennant un angle plutôt axé vers la peinture, je te demande pas d'avis sur les outils du peintre mais sur le tableau.
Re: Du côté plume de l'histoire
lundi 30 juin 2014 10:41:23
Tes arguments sont justes, Mashtok, mais je comprends aussi un peu les interrogations de Bekvothien, surtout celles qui concernent les explications. Pour moi... c'en est pas, c'est de la paraphrase qui retire au texte tout ce qu'il pourrait avoir d'énigmatique, ce qui pourrait faire qu'il serait un petit peu poétique (je tique à ces répétitions de mots finissant par tique...) A ce titre, j'ai préféré les quatrains plus bas qui n'étaient pas passés par la machine à paraphraser.
Sinon, c'est pas mal de se lancer dans une démarche comme ça, et que j'aime ou non, je ne peux que t'encourager !
Re: Du côté plume de l'histoire
lundi 30 juin 2014 11:23:18
@Mash je disais mini quatrain par rapport au nombre de pied ^^

Et quand je parlais du nom de la page, c'est de l'écrire en chiffre, enfin, ça rappelle trop le language SMS, surtout pour une page qui est là pour de l'écriture, personnellement ça ma choque hein, je dis pas ça pour être méchant encore une fois. ;)

Et si je critique les "outils du peintre" avant le "tableau" c'est que en peinture, comme en écriture, comme au théâtre, comme partout, il faut avoir les bonnes armes et les bons atout pour faire des choses encore meilleures. :)

Après, ce n'est que mon avis, celle d'une seule personne (qui a l'un des plus gros palmarès de lecture du site, même si c'est quasi-exclusivement dans l'imaginaire) il ne faut pas forcément en tenir compte si toutes tes amies vont dans ton sens.
Re: Du côté plume de l'histoire
lundi 30 juin 2014 11:46:44
Mâche : Moi j'aime bien, mais pas tout. Y en a franchement, ils n'ont pas trop d'intérêt. Mais y en a des très sympas ! Par contre, un truc qui m'a vachement gênée, c'est que tu utilises parfois (souvent même) exactement les mêmes phrases/formules que Grand Corps Malade !
(Et j'avoue que le "2 20ci" c'est bof)
Re: Du côté plume de l'histoire
lundi 30 juin 2014 12:38:30
Slather: Ouais c'est pour ça que je vais mettre des textes en priorité (mais l'avantage des quatrains c'est que c'est hyper rapide à sortir)

Bekvothien: Ouais mais en fait je me suis rendu compte d'un truc, c'est que j'écris comme si j'écrivais en rimes plates mais en mettant des rimes au milieu ^^ (ouais en croisées en somme mais vu que j'écris souvent avec une prod en fond mes quatrains passent sur une verse musicale ^^ Si tu regardes le premier truc que j'ai mis "Gare!" tu verras ce que je veux dire)
EDIT: Le nom de la page c'est pas en lien avec l'écriture sms mais par rapport à 3 rappeurs (20syl de Hocus Pocus et 13or et 16ar de L'Skadrille, j'avais juste trouvé le concept stylé ^^ )


Ksaye: Bah y en a même plein qui ont pas vraiment d'interêt mais je les met quand j'ai fait une rime que je trouve cool ^^ Par rapport à ce que tu dis sur Grand Corps Malade c'est possible, j'ai toujours une playlist en boucle avec GCM, Orelsan, IAM, Solaar... Donc c'est possible que j'ai réutilisé certaines formules mais en général je vérifie.

Modifié 1 fois. Dernière modification le 30/06/14 12:39 par Mashtok.
Re: Du côté plume de l'histoire
samedi 2 août 2014 11:52:15
C'est cool qu'il y ait un topic comme ça ici !

Alors pour ma part, j'ai déjà publié un roman il y a quelques années, et je travaille sur un nouveau bouquin dont voici les données principales :

Titre : Ocasiam
Résumé : À l'origine du monde, les hommes vivaient en harmonie les uns avec les autres, fuyant et ignorant la mer d'Obscuranzia, jugée maudite. Néanmoins, lorsqu'un violent tremblement de terre secoua le monde entier et qu'une île apparut sur cette mer de malheur, tout changea. Saledan Idyrel et Cendali Feulys, les deux hommes les plus courageux du royaume, décidèrent d'aller à la conquête de cette île, que les hommes nommèrent Ocasiam, qu'ils savaient pourtant peuplée des plus vils créatures. Ils signèrent un contrat jurant de ne jamais se faire la guerre et de rester à jamais unis dans la force comme dans l'adversité. Malheureusement, une fois la guerre remportée, le contrat fut abandonné et l'âme mal intentionnée de l'île brûla ce pacte en en inversant les termes. C'est ainsi que les clans Idyrel et Feulys se font la guerre depuis. Mais aujourd'hui, tout va changer...

Voilà, pour faire simple ! Qu'en pensez-vous ? :)

Modifié 2 fois. Dernière modification le 02/08/14 19:38 par MadMallou.
Re: Du côté plume de l'histoire
samedi 2 août 2014 18:35:31
J'en pense qu'il faudra voir ce que ça donne une fois écrit ! Par contre, tu parles d'un contrat pour ne pas faire de guerre et à la ligne suivante tu dis "une fois la guerre emportée" (déjà c'est pas "remportée" ?) du coup je me demande si j'ai pas pigé quelque chose ou s'il manque un bout ! ^^
Re: Du côté plume de l'histoire
samedi 2 août 2014 19:38:27
J'ai dû mal m'exprimer (eh oui, des fois on écrit vite et on ne fait pas gaffe à ce qu'on dit) : en fait, le contrat est signé par Cendali et Saledan pour ne pas se faire la guerre entre eux, rester alliés contre les ennemis vivant sur l'île. Ils font toutefois la guerre aux créatures d'Ocasiam. :)

Effectivement, c'était bien remportée !

Modifié 1 fois. Dernière modification le 02/08/14 19:39 par MadMallou.
Re: Du côté plume de l'histoire
mercredi 6 août 2014 11:07:37
Ca fait envie, même si cela augure d'un texte particulièrement bourrin étant donné le nombre d'occurence mot guerre.
C'est marrant de voir que le peu que j'ai lu de toi me fait beaucoup penser à ce que j'ai lu de Xaïl. Crois moi, ce n'est pas une critique, mais les petits trucs qui me dérangent sont souvent les mêmes, et notamment mon aversion pour toute forme de répétition en français.

Tu sembles quoi qu'il en soit déborder d'imagination, alors n'hésite pas à partager tout ca, ca me fera plaisir de le lire :)
Re: Du côté plume de l'histoire
vendredi 24 octobre 2014 14:57:18
Mildly interesting conversations (ouais je ne trouvais pas de titre pour mes conneries alors j'ai mis un titre de merde en anglais et je vous zob y'a personne qui lira de toute façon c'est juste pour garder mes brouillons)...


- Fais chier je n'ai toujours pas trouvé d'idée pour mon costume d'Halloween... C'est demain bordel !
- Moi je vais me recouvrir de miroirs, parce que pour moi rien n'est plus terriblement horrifiant que vous.



-----------------------



- Non sincèrement je ne peux pas accepter que tu me prêtes mille euros pour payer chez Ikéa. C'est très gentil de ta part, mais je vais me démerder, faire un prêt à ma banque ou gérer ca avec mon père.
- Ce serait très gentil si j'avais vraiment trimé pour avoir cet argent et que ca constituait toutes mes économies...
- Arrête de faire comme si tu le vivais mal.
- Sérieusement ? Je me balade dans la rue, j'évite soigneusement un mendiant qui pue la mort, puis je me retourne, je le regarde dans les yeux, et je me demande ce que j'ai fait pour mériter un meilleur sort. J'essaie de lui adresser un sourire géné, je m'excuse, et je m'en vais. Comment me regarder dans la glace en sachant pertinemment que sans le moindre effort j'ai acquis une sérénité qu'il n'aura jamais, alors que certains triment comme des malades et finissent comme lui ?
- Mais si tu n'assumes pas tes thunes, donne les à des associations, je sais pas moi...
- Je n'en ai trouvée aucune digne de confiance. Chaque fois que je cherche, je m'abîme dans les considérations sur les détournements de fonds en ONG, ou la bonne volonté qui devient un enfer pour les locaux qui n'ont rien demandé... Je préfère aider les gens qui me sont proches quand j'en ai l'occasion, lorsque je comprends la cause.
- Ouais enfin là tu me fais à mort culpabiliser pour mon pauvre lit et mes deux commodes quand même.
- Viens, on va se boire une bière, ca me déprime ces conneries.


-------------------------------



- J'en ai marre d'être aide soignant. Vraiment. Je vais ouvrir une taverne, je dirai merde aux cons, et je serai bien. J'ai torché tellement de culs ingrats...
- Je pense que comme le service militaire, on devrait tous avoir une mission d'un an dans ce genre de métier de service public. Pompiers, aides-soignants, agent de police municipale, éboueurs... Ca ne demande que peu de qualification, mais c'est parmi les travaux les plus difficiles, et les moins bien rémunérés. Pourtant on en a besoin. Il devrait y avoir un roulement pour que tout le monde y passe, et sache ce que ca représente. Les gens serait peut être moins cons. Et puis peut être que certains y découvriraient une vocation.
- Et tu ferais quoi des abus possibles, de la police municipale qui va faire chier Roger et l'arrêter tous les jours pour un contrôle de routine parce que le mec qui y fait son stage obligatoire ne le supporte pas ? Ou les actes médicaux bâclés ?
- Arrêtes, tu connais ca mieux que moi, tu fais plus confiance en tes collègues aides-soignant pour faire leur taff correctement qu'en le premier inconnu venu ?

Modifié 2 fois. Dernière modification le 24/10/14 15:03 par RogerLAmer.
Re: Du côté plume de l'histoire
vendredi 24 octobre 2014 15:54:36
J'en profite pour mettre un truc pas de moi mais dans la même veine (en bien mieux mais en anglais ^^).
[imgur.com]
Re: Du côté plume de l'histoire
vendredi 24 octobre 2014 18:22:36
Oh tiens, ça m'a donné envie d'écrire un truc que j'avais dans la tête depuis un bout de temps, merci Roger !
Re: Du côté plume de l'histoire
lundi 27 octobre 2014 17:31:54
Extinction...

Chaque seconde qui passe semble tuer la part physique de notre humanité.

Alors que je m'empressais de quitter mon poste pour aller manger, que j'optimisais le temps de liberté qui m'est octroyé entre les divers plaisirs immédiats à proximité, j'ai croisé une bise d'anxiété. Quelque chose dans l'air n'était pas normal. Le ton des gens alentours était différent.
Un simple regard me permit de sortir de ma torpeur, et je ne parvins pas à rire de la situation pathétique qui s'offrait à mes yeux : des gens étaient coincés dans l'ascenseur, au rez-de-chaussée, et l’hôtesse d'accueil les quittait annonçant qu'elle allait chercher un objet pour garder les portes légèrement ouvertes pour laisser passer de l'air.

Ils n'ont pas l'habitude, et pensent directement au pire. Ça devait faire cinq minutes qu'ils étaient comme ça. Une autre personne qui descendait par les escaliers fut attirée par ce manège... Tout ce qui change du quotidien commun devient spectacle. On approcha tous les deux, sans se concerter on joignit nos efforts aux cinq mains qu'on voyait agrippées aux parois par l'intérieur, et on ouvrit les portes complètement. Les gens sortirent, mais on voyait bien qu'ils étaient trop vexés pour un "merci". Pour détendre l'atmosphère je lâchai un petit mot d'apaisement quant à la chaleur qu'ils avaient du subir. "Oui, on crevait là dedans". Aucun ne se retourna, ils partirent manger, profiter de leurs quelques dizaines de minutes à eux. Je lâchai enfin la porte, elle claqua brusquement, j’eus l'impression d'être un surhomme. J'étais jeune, les gens marchaient encore.

Plus tôt cette année là, j'avais déjà ressenti les mêmes impressions, alors qu'une personne arrivée en même temps auprès d'un véhicule échoué sur une bande de béton et moi avions remis la voiture à sa mer d'asphalte. Le propriétaire s'était confondu en remerciements, nous lui avions "sauvé la vie".

Nous ne maitrisons plus la part physique de notre monde. Les machines, les assistances technologiques diverses et variées le font pour nous. Nous n'affrontons plus la jungle des rues avec nos sens de l'observation et de l’orientation affutés comme des lames, pointus comme des couteaux, chauffé comme des flammes et puissants comme des fusils d’assaut... (© Raggasonic feat NTM).

Non, seuls nos doigts gardent une certaines dextérité pour pianoter sur nos téléphones, nos claviers, pour piloter notre souris et tourner le volant. Combien de gens savent encore manier une masse sans se plaindre de courbatures, d'ampoules ou simplement sans se blesser ?

Mais là, ce que j'aperçois me choque profondément, et me déstabilise. Mon cerveau a trop d'emprise sur mon corps et l'engourdit complètement, les connexions ne se font pas, je suis paralysé. Alors que je passais sur un pont qui traverse le périphérique, j'ai tourné la tête et je l'ai vu...

Là au milieu des voitures, virevoltant, une bouteille à la main, se tient l'un des derniers artistes funambules, un homme dont l'agilité et la conscience du corps n'ont d'égales que son addiction à l'alcool et son dégoût pour la vie.

J'ai envie de lui crier de quitter la route, de m'apprendre les pirouettes que je le vois réaliser sans jamais renverser sa bouteille, mais les pneus crissent, les klaxons retentissent, sans que je les entende, et mes paroles rebondiraient de la même manière sur l'anti-son qui nous sépare...

Chaque fois l'esquive se fait plus juste.

Les automobilistes n'ont pas de respect pour son art, la plupart d'entre eux ne peut plus se mouvoir sans assistance, ces créatures de tête ont cédé aux maladies du 22è siècle, le stress, la paranoïa, le manque d'assurance, l'absence d'individualité... Pour supporter cela, leur corps leur a demandé de réagir. Le sport, se défouler, courir, hurler, rire, chanter, n'étant plus au goût du jour, ni dans les moyens de la plupart, ils ont mangé pour compenser les manques. Allez absorber assez de chocolat pour contenter un corps en manque d'affection et d'assurance. Vous verrez les dégâts.

Bref, tous ces corps gélatineux rebondissent dans l'habitacle de leur véhicule suite aux secousses du contournement. Les algorithmes de calcul de trajectoire fonctionnent à plein régime sans les faire maigrir, tous les capteurs sont mis à contribution pour permettre un itinéraire qui ne provoquera aucune collision avec les véhicules les plus proches. Même l'allure des véhicules une centaine de mètre devant l'accident est modifiée pour permettre une fluidité sur la zone de perturbation. Plus personne ne sait manier son auto manuellement.

Aucun n'osera s'arrêter devant ce pauvre hère pour le protéger, le raisonner, l'aider à s'en sortir... Il n'est qu'un de ces parias qui n'ont pas les moyens de vivre, et ne mérite de fait aucun égard.

Enfin je retrouve mes esprits, j'observe la chaussée, je cherche par quelle faille ce piéton a pu y accéder, et comment le rejoindre.

Quelqu'un passe sur le trottoir roulant. Je lui fais le salut le plus respectueux que je connaisse, tête baissée, bras liés en signe d'apaisement, et je lui demande s'il peut m'aider. Pas un regard, pas un geste, il parle dans son micro, il est concentré.

Un bruit sourd, que je sens par le sol plutôt que je ne l'entends... Le mur de son ne peut absorber les fréquences les plus basses, je n'ai pas tourné la tête dix secondes que l'accident s'est déjà produit.

Chaque seconde qui passe semble tuer la part physique de notre humanité.

Il n'a fallu que cinquante millième de seconde pour que l'ordinateur de bord du véhicule DTC3141592654 arrive à la conclusion qu'un choc frontal amorti par le freinage maximum supportable par son passager soit la solution la moins risquée pour les humains mis en équations.

Alors que je jette un œil à mon écran social, je ne perçois pas le signal que devrait émettre la poupée de chiffon heurtée de plein fouet. Je vois les gens en mouvement dans leurs auto qui continuent de filer sur les autres files, je vois les personnes immobiles dans la file bloquée, je vois le signal de détresse de l'homme qui conduit l'engin de mort, mais aucune transmission n'est envoyée par ce que mes yeux ne peuvent avoir inventé et n'oublieront jamais.

Il ne devait pas porter de puce, ce n'était pas un être humain pour l'ordinateur de bord.

La joie est un influx électrique, le bonheur et le plaisir sont autant de stimulations cérébrales, la vie simple et naturelle n'est plus, l'homme oiseau qui rebondissait sur des pieds fait pour porter son corps mince et dégingandé est mort. Personne ne viendra le ranimer. Il sera évacué comme le serait n'importe quel déchet. Il n'existait pas pour notre société de son vivant, sa mort n'aidera pas sa cause.

Je regrette mon enfance durant laquelle le gouffre qui séparait les biens nés des plus démunis n'empêchait le contact, la communication, leur évitant la déshumanisation ultime.

Le plafond de diode me renvoie une lumière bleu tamisée, mon pouls revient à la normale, je réponds enfin à mon fils qui s'inquiétait de me voir inattentif à son feed et de pinger un diagnostique vital orange clignotant, mon quotidien reprend, mais quel monde vais-je lui laisser ?
Re: Du côté plume de l'histoire
mardi 28 octobre 2014 08:41:43
Waaah, pas mal Roger :o

Un peu pessimiste mais j'ai bien aimé :)
Re: Du côté plume de l'histoire
mardi 28 octobre 2014 09:52:39
Ah tiens, je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un lise tout ce pavé en fait >_<
Re: Du côté plume de l'histoire
mardi 28 octobre 2014 11:04:58
Bah si tu le mets ici c'est bien pour ça non ? ^^
Re: Du côté plume de l'histoire
mardi 28 octobre 2014 11:46:29
En fait quand il me vient l'envie d'écrire, je prends le premier support que j'ai sous la main, et je me dis "c'est bon, je saurai le retrouver quand j'en aurai envie". C'est comme ca que j'ai perdu plein de textes que j'avais laissés sur un forum "geache". Et d'autres que j'avais uniquement sur papier.

Mais ce n'est pas bien grave, je ne compte pas devenir auteur. Je ne maitrise pas assez les outils.

Si je me compare à l'incomparable :
- Il sait faire passer les émotions, du rire au larme, c'est dingue => Je sais faire un peu, mais pas autant
- Il manie la langue, les mots, le rythme, avec une telle aisance, que même si le thème ne m'intéresse pas ou ne m'émeut pas du tout, j'ai envie de le lire => Ca ne je sais pas faire du tout, mais j'essaie de plus en plus
- Il a un vocabulaire qui me force à sortir un dico de temps à autre => J'ai vachement d'efforts à faire
- Il traite de sujets qui choquent, travaillent, éveillent, interpellent... => J'essaie aussi mais comme tout me fait me poser des questions, je viens souvent avec des sujets dont le reste du monde se bat royalement les couilles

Donc j'écris pour le plaisir, parce que j'en ressens parfois le besoin, et donc souvent sur des supports random, là où je sais que ca ne dérange pas.

Mais je ne vais pas me plaindre d'avoir un feedback, au contraire, c'est agréable et inattendu.
Re: Du côté plume de l'histoire
mardi 28 octobre 2014 20:35:38
Je lis aussi, mais j'ose pas commenter parce que c'est pas mon genre favori.
Re: Du côté plume de l'histoire
mardi 28 octobre 2014 23:04:18
Ah non je vais les lire Roger, faut juste que je trouve un peu de temps, mais j'y tiens ;)
Re: Du côté plume de l'histoire
mercredi 29 octobre 2014 23:07:41
Moi j'aime bien :)
Re: Du côté plume de l'histoire
jeudi 30 octobre 2014 00:09:12
Citation
Xaïl
(Mais cette histoire je l'écris avec une amie, à quatre mains, donc a priori on se motivera l'une l'autre !)

Ah, c'est marrant, je viens de commencer exactement la même chose avec un ami ^^. On avait tous les deux envie de se relancer dans l'écriture et on a trouvé que ce serait justement une bonne idée pour se remotiver un peu et se pousser à le faire.

Je vais essayer de lire quelques textes que vous avez posté, j'en ai loupé pas mal à ce que je vois.
Re: Du côté plume de l'histoire
jeudi 30 octobre 2014 07:50:43
Citation
Xaïl
(Mais cette histoire je l'écris avec une amie, à quatre mains, donc a priori on se motivera l'une l'autre !)

À quatre mains ?
Comme un ouistiti ? Genre, plein de poils, une couche et mangeant des bananes et l'"amie" travaille au zoo ?
Parce que sinon je ne vois pas qui pourrait avoir quatre mains.
Re: Du côté plume de l'histoire
samedi 22 novembre 2014 02:09:42
j'avoue que les histoires a quatre main, j'ai tenté une fois avec un ami, le problême c'est que c'est HYPER DUR d'arriver au bout! :o encore pire qu'un bouquin en solo! (d'ailleurs, un jour, dans quelques mois, faudra que je vous fasse lire un truc, quand il sera fini)
Re: Du côté plume de l'histoire
samedi 22 novembre 2014 02:11:26
( et tibere, tes interventions sont pas utiles et méchantes, donc va poluer des topics moins important, ce serait aimable de ta part)





....demmit i fed the troll.
Re: Du côté plume de l'histoire
samedi 22 novembre 2014 17:16:15
Citation
RogerLamer
Un peu de quaternaire
Si Lenore nous honore de sa présence (prononcer le "e" de "Lenore" et de "honore")
C'est pour mieux illustrer le concept exquis (prononcer distinctement "mieux" en deux syllabes)
D'une saine connaissance de bienséance (prononcer les "e" de "une", "saine" et "connaissance")
Car ses armes sont celles de l'institutie (prononcer les "e" de "armes" et les deux de "celles")

Du ternaire
Ses bafouilles sont autant de balafres et d'affres (ne pas prononcer les "e" de "bafouilles" "balafres", prononcer celui de "affres")
Au serein art divin grammairien qu'elle maîtrise (ne pas prononcer le "e" de "maîtrise")
Mais réjouis soyons tous ici bas goulafres (prononcer le "e" de "goulafres")
De notre appétit pour son manque de traîtrise (prononcer le "e" de "notre" mais pas ceux de "manque" et de "traîtrise")

Et ta mère
Car si rare est sa tromperie
Qu'un éléphant dans une penderie
Ou une grive dans une perdrix

Et toujours sa présentation
Nous nous remémorerons
Comme première leçon.

Vous allez rire mais... Je viens seulement de découvrir ce topic, ainsi que le gentil poème que Roger a écrit sur moi lors de mon arrivée en ces lieux u_u
Très en retard, merci Roger, c'était super mignon :p


Voilà voilà.
Maintenant vous avez le droit de vous foutre de ma gueule XD