Musées, expos, monuments : le guide culturel du petit DTCien

Envoyé par SpiralPad 
L'autre avantage du tarif prohibitif, c'est que ça évite de se retrouver avec des pauvres voire pire, des familles de banlieusards avec leurs mioches.
Et en sortant tu peux admirer de vrais pauvres qui campent sous le bâtiment, sur les quais.
Mais ils sont joyeux car quand tu es quai, ris donc.
Si jamais vous prenez l'Eurostar pour Londres un jour, pensez à visiter la British Library juste à coté de la gare de Saint Pancras ou arrivera votre train.
J'ai eu l'occas' de le faire pour la première fois samedi dernier, et le lieu est assez bluffant.
Bon de l'extérieur, ca envoie pas trop de rêve, faut le reconnaitre. Ou alors faut vraiment aimer le rouge.

Mais une fois à l'intérieur (entrée gratuite au passage !), c'est vraiment sympa. C'est superbement aménagé, grand, aéré, calme. Beaucoup de gens travaillaient tranquillement, ou sirotaient simplement un café...
La collection de 85 000 livres du roi George Ier trône en plein milieu du bâtiment, traversant tous les étages.

Quelques expos temporaires sont présentes, et actuellement c'est une rétrospective du travail de Lewis Carroll sur Alice au pays des merveilles, avec des manuscrits originaux, une vision de l'œuvre à travers les ages, ses reprises, ses adaptations, etc. Très intéressant !

Et surtout, y a les "Trésors de la bibliothèque" comme ils les appellent. Une collection de quelques centaines d'œuvres, allant d'une bible millénaire aux superbes enluminures au brouillon original de la chanson "Yesterday" griffonné par McCartney, en passant par des documents bouddhistes super rares à la fameuse Magna Carta.
Super instructif en tout cas.

Le tout se visite en une grosse heure et demie en prenant son temps, mais c'est facile de s'y poser pour profiter plus longtemps de l'atmosphère reposante :)
Bref, si jamais z'avez l'occas'...
J'savais pas trop où caser un conseil pour une pièce de théâtre, ce topic fera l'affaire.

Donc conseil pour une pièce de théâtre disais-je : courez voir Le Porteur d'histoire au théâtre des Béliers dans le 18e arrondissement de Paris. C'est pas cher (surtout quand on est encore jeune comme certains d'entre vous salopiauds) et ça vaut largement le coup.

Mais qu'est-ce que ça raconte donc hein, vous demandez-vous. Du calme gougnafiers, j'y viens :
"Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d’imaginer que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents. Quinze ans plus tard, au cœur du désert algérien, une mère et sa fille disparaissent mystérieusement.


Elles ont été entraînées par le récit d’un inconnu, à la recherche d’un amas de livres frappés d’un étrange calice, et d’un trésor colossal, accumulé à travers les âges par une légendaire société secrète."


La pièce a eu un succès phénoménal je découvre en lisant sa page Wikipédia, ainsi que deux Molières (big up Roger). Dont celui de la mise en scène. Et je comprends pourquoi, tant la pièce et ses 5 comédiens nous entrainent dans un tourbillon de scènes, de personnages et d'époques différents, avec des transitions parfaites.
J'en dirai pas plus sur l'intrigue, si ce n'est qu'elle réussit à insuffler une putain d'émotion sur la fin, et surtout est une magnifique déclaration d'amour aux livres.

Modifié 1 fois. Dernière modification le 06/08/16 22:13 par remouk.
Etant en MANAA, j’arpente de plus en plus les musées parisiens. Du coup, je voulais partager avec vous deux expositions : Albert Marquet (expo terminée !) et Le Grand Orchestre des animaux (jusqu'au 8 Janvier). Ne sachant pas faire court quand il s'agit des expositions, je vous fais une restitution avec tout plein de spoil. Ou une restitution -presque- complète. A vous de voir.

J'ai beauuuuucoup aimé Albert Marquet car il avait plein de styles différents, à partir d'une technique principale, soit la peinture. On commence avec un portrait d'un Sergent de la coloniale avec de bons gros contours noirs et des couleurs vives (et justes !), ce qui donne une dimension très naïve que j'apprécie. On retrouve les mêmes couleurs pour la série de drapeau au 14 Juillet et d'autres tableaux. Puis on rencontre des travaux plus léchés, comme les deux amies : les couleurs ont plus de nuances. On fait ensuite face à une série de travaux très épurés, juste à l'encre de Chine (illustrations refusées par l'éditeur), dont une série représentant deux amantes (non je ne vous mets pas les liens, allez chercher comme des grands). J'ai aussi noté son travail aux pastels, qui donne des atmosphères extrêmement douces. L'exposition montre plusieurs séries : il dessine la même chose du même point de vue, mais à différents moments. On obtient donc une restitution (incomplète, me semble-t-il) des séries de Notre-Dame de Paris, ou de ports. Et il a un traitement de l'eau absolument dingue.
(Diverses notes que j'ai prises et qui me permettent de restituer cela aujourd'hui.)

Pour ce qui est du Grand Orchestre des Animaux, j'y suis allée avec les profs : j'ai donc pu bénéficier d'une visite guidée :) Cette exposition montre des travaux menés par plusieurs artistes (ou non, d'ailleurs) qui travaillent sur des supports différents : photos, peintures, vidéos, etc. Une technique que je ne connaissais absolument pas : la poudre teintée (celle des feux d'artifices, vu que l'artiste est artificier), fixée par le feu. On obtient donc une IMMENSE fresque (sur mon lien, elle est incomplète) à la fois précise (des détails tels que des zébrures) et brouillon (y a qu'à voir la tête de l'oeuvre). Cette fresque représente divers animaux buvant dans un point d'eau : on arrive donc à l'interprétation, qui est super intéressante, car chacun y voit quelque chose de différent (genèse//fin du monde). Idem pour toute une série de peintures (venant d'Afrique, me semble-t-il) , représentant des animaux parfois personnifiés, dansant ou menant une vie finalement humaine. Les interprétations peuvent être multiples, ce qui est absolument génial quand on est un groupe sans culture :D (ça pose des questions dans tous les sens, c'est magnifique). J'ai largement préféré les séries de photos et films : Manabo Miyazaki (qui n'a aucun rapport avec Hayao Miyazaki) expose des séries de photos prises à partir de son "piège", c'est-à-dire un appareil posé en plein nature prenant des clichés au passage d'un animal (ou d'un humain, d'ailleurs). On obtient donc des clichés d'animaux dans leurs milieux naturels ou dans des jardins ouverts le jour aux touristes. Le point faible : le flash qui donne un fond noir alors que la plupart des photographies sont prises en plein jour. Je pense notamment à ce celle-ci : l'ours noir sur fond noir avec l'appareil photo noir, il y a quelque chose qui cloche. Ensuite, il y a tout le travail de Sugimoto, qui montre des animaux dans leur "quotidien" : eux aussi ont une vie. Travail ironique, puisque ses muses sont empaillées et que ce ne sont que des mises en scènes... On arrive donc aux films : des parades nuptiales d'oiseaux. Je pourrais rester des heures devant ces montages, je trouve ça terriblement beau. La vidéo brute, avec juste une petite introduction pour dire de quel oiseau on parle, mais c'est tout, et surtout, suffisant. Après il y a toute une sale dédiée à des photos de planctons, qui sont très belles elles aussi. Le fond noir leur permettent de faire ressortir leurs couleurs, on découvre donc ces êtres minuscules et pourtant omniprésents dans les océans (je n'ai plus le nom de leur photographe, je plaide coupable, car c'est un très grand biologiste). A mon sens, la grande salle avec des écrans disposés au sol ne montre pas un grand intérêt, les montages vidéos non plus. Puis on arrive enfin à l'oeuvre principale de l'exposition : une salle plongée dans le noir avec juste les sons des animaux diffusés. Sans guide, j'aurais vraiment trouvé ça stupide, puis quand on connecte deux neurones, on se rend compte que c'est un travail de génie. Bernie Krause (l'artiste) enregistre les sons que font les animaux à certains endroits du monde : si ces environnements sont modifiés, certaines espèces migrent ou s'éteignent. Il y a évolution de la faune, et le travail de Bernie Krause n'est autre qu'un témoignage de ce changement. Après, il y l'éternelle question du "est-ce que ça me touche ou non" (chez beaucoup, ça va être "ce mec, son travail, c'est que du pipeau, il va avec son micro enregistrer des animaux en même temps qu'il se roule une clope, son travail vaut pas tripette").
(Encore les quelques notes que j'ai prise, si ça vous intéresse, avec quelques notes sur le bâtiment en lui même.)
Pour l'expo précédente, on est dans le cas d'une biographie, donc les oeuvres sont plus simples à relier. En revanche, dans le cadre de cette exposition, il faudrait une problématique beaucoup plus marquée. Mais j'ai beaucoup apprécié cette exposition car c'était un regroupement d'artistes et de techniques diverses. A voir :)

Voili voilou, s'il y a d'autres retours sur ces expos, ça m'intéresse !
Y a certains trucs de la 2e expo qui me disent quelque chose, l'oeuvre principale par exemple.
Je me demande si je ne l'ai pas vue dans un autre musée / une autre expo, mais impossible d'en être sûr.
Merci pour les photos et les résumés en tout cas, ça donne envie !
Y avait le Grand feu de Saint Cloud hier soir, et j'y suis allé par curiosité scientifique. Hum...
Bon, le Grand feu de Saint Cloud, ça se passe à Saint Cloud et on nous le vend comme deux heures de feux d'artifice.
Donc faut aimer les feux d'artifice, ce qui est le cas de ma copine, beaucoup moins du mien. Mais bon, amour quand tu nous tiens, bref on y est allés.

Déjà, ça dure pas deux heures mais une heure trente, en incluant le speech de départ "Je remercie Michel à la régie, mon papa, ma maman, etc".
Bon après y a des jolis tableaux de feux, sur de la musique sympa (Carmina Burana, du Pink Floyd, du Metallica si je me souviens bien) ou un peu dépassée (The Final Countdown d'Europe...).
Je me suis extasié 15-20 minutes en mode "oh la belle bleue", pis après ça m'a lassé et j'ai passé l'heure restant à attendre la fin du show. Ma copine a davantage apprécié.

Pis faut savoir que c'est pas donné ce truc. Les billets bas de gamme que j'ai pris coutaient 30 euros (20 pour les étudiants. D'ailleurs si vous comptez y aller, prenez toujours un billet étudiant, ils vérifient pas) et on avait droit à 2m² de pelouse moribonde. J'crois que les places montent jusqu'à 100 ou 150 balles pour un siège VIP. Siège que vous pouvez agrémenter de champagne pour la modique somme de 10 euros la coupe en plastoque. Ca fait cher l'heure et demie.

Bref... Déçu donc personnellement, même si je dois reconnaitre que y avait un joli spectacle. Mais le média est trop limité selon moi pour que je m'en extasie durant 1h30, j'ai vite ressenti de la répétitivité.
En revanche, pour les fans de feux d'artifice qui ont des sous à perdre, c'est pas mal je suppose...
Si vous passez par Clermont un jour et que vous n'allez pas au Stade Marcel-Michelin voir l'ASM gagner son match pour perdre en finale quelques mois plus tard, peut-être que vous irez en face parcourir l'Aventure Michelin.

C'est un musée sur l'histoire de Michelin, et donc forcément sur l'histoire du pneu. Alors dis comme ça ça a pas forcément l'air intéressant, mais comme pour beaucoup de choses, si on est un peu curieux et pas trop sceptique à l'idée de passer 3h entouré de pneus, ça se révèle vite pas mal intéressant.

Leur site parle de 2h de visite, on en a presque fait 3, en regardant une fois et demi chaque petit film parce que ma mère arrivait toujours en retard quand ça commençait la première fois. Et pourtant ce n'est jamais vraiment ennuyeux, le parcours est assez simple puisqu'il suit un ordre chronologique, depuis l'idée de base (mais qui donc serait assez bête pour mettre de l'air dans un pneu voyons) et les difficultés rencontrées jusqu'au développement et où ils en sont aujourd'hui, à savoir une énorme entreprise du secteur qui fait aussi bien des baskets que des pneus de véhicule lunaire.

Quelques salles sont aussi consacrées à d'autres sujets, toujours en lien avec Michelin, comme la fameuse histoire du bibendum, l'invention de la signalisation et des cartes (par Michelin) ou bien le paternalisme (le traitement des employés) mis en place depuis les années 1910 jusqu'aux années 1960-1970, avec des villages d'employés, tout bien organisés, etc.

Y a beaucoup d'objets, des petits films, des panneaux de texte, des tablettes interactives, bref, tout ça rend la visite bien intéressante. On peut même jouer aux petites voitures et se faire prendre en photo avec le bibendum (gratuitement !) à la fin, elle est pas belle la vie.

Bon après, faut pas oublier que ça reste une énorme publicité pour Michelin, donc y a forcément 2-3 trucs moins glorieux qu'ils doivent passer sous silence, on n'est pas non plus dans le monde des Bisounours.

Mais si on arrive à prendre un peu de recul et à pas tomber dans "Michelin c'est trop bien putain", ça reste quelque chose de très intéressant à voir, et qui retrace bien l'histoire du XXème siècle à travers le développement du pneu, et donc des moyens de transport, et donc tout de tout ce qui y est lié, c'est-à-dire beaucoup de choses.
Citation
MilkaFun
Si vous passez par Clermont un jour

HahahahahaHAHAHAHAhahaha.

Hum sinon, t'es donc désormais expert ès pneus ?
Et je pense que poster ta - magnifique je suis sûr - photo avec le bonhomme Michelin devrait susciter de nombreuses envies !
Expert j'sais pas, mais j'ai appris des trucs super utiles, par exemple que M'sieur Dunlop, le premier à avoir eu l'idée de mettre le combo caoutchouc + air sur des roues, était vétérinaire de métier.

Ou encore que des pneus d'avion de ligne peuvent supporter 250 atterrissages, alors que pour des avions militaire c'est 3 avant qu'on les change.

De quoi briller en société !

(Et pour la photo j'l'ai déjà encadré et mise au-dessus de mon lit, si vous voulez la vôtre z'avez qu'à y aller non mais)
Le budget pneus de la Défense, ça doit être quelque chose tudiou...
J'hésite entre tristesse et fascination :D
C'était la Nuit blanche à Paris samedi dernier, à savoir des expositions éphémères d'art contemporain dans les rues, et des musées ouverts très tard (et d'autres manifs artistiques, mais passons).
J'avais absolument détesté l'année dernière - ou y a deux ans, je sais plus, mon cerveau a préféré oublier - donc j'y suis logiquement retourner cette année, parce que j'aime bien médire et tirer sur les ambulances.

Je ne fus pas déçu, c'était ridicule.
Bon, je passe sur le fait que tout Paris semblait présent (on a mis 20 minutes à traverser le pont d'Arcole tant il était noir de monde et qu'il y avait des putains de contrôles à cause de l'état d'urgence de mes ***).
Mais surtout, j'ai eu la chance de voir des "oeuvres" stupéfiantes. Mon best-of personnel :
- deux gugusses qui taillaient des demi-coeurs en bois à la tronçonneuse et qui les lançaient ensuite dans un public curieusement en délire
- des plaques de glace faisant office d'iceberg du pauvre flanquées de 4 arbustes qui tournaient sur eux-mêmes. L'oeuvre s'appelait "Sommeil". Je ne commenterai pas
- une collection hétéroclite d'objets en verre posés par terre en vrac, avec un haut-parleur qui jouait des sons cristallins. Ptet le meilleur truc que j'ai vu, c'est vous dire.
- mon préféré, l'oeuvre "Eveil" (qui était derrière l'oeuvre "Sommeil', eh t'as vu on réfléchit à la mairie de Paris), qui représentait des vidéos de plein de personnes totalement à poil qui s'étiraient, surmontés de visages qui me faisaient penser au Joker de Batman. Je sais que c'est pas clair, donc une image pour expliciter.

Voilà, hâte d'être l'année prochaine !
Mes profs voulaient que l'on y aille, mais j'avoue ne pas m'être bougée le postérieur. Et vu ce que tu décris, je ne regrette pas :))))

En revanche, vendredi soir, je suis allée au Théâtre du Montfort pour voir Chute. C'était absolument incroyable. Deux acrobates (Matthieu Gary et Sidney Pin) cherchent à étudier la chute sous toutes ses formes. A certains moments, ils se rapprochent presque de la danse. Je ne sais pas trop vous décrire la chose, m'enfin, c'est juste suuuuper, ça vaut vraiment le coup d'y aller...
Coucou je vais faire la promotion du coin :

Alors à Nancy, vous pouvez trouver la place Stanislas et son super monument la statue de Stanislas.
Un conseil n'y allez pas un jour où il y a du soleil, c'est blanc immaculé quasiment partout, sur le sol, les bâtiments... Et quand c'est pas blanc, ce sont des dorures (et oui Spiral, ça a été lavé, nettoyé, restauré), ça tue les yeux plus qu'autre chose, et la statue n'est pas ouf. Mais bon c'est la grande place de Nancy.

Pas loin de là, vous trouvez le musée aquarium, avec une expo permanente sur la phylogénie et le classement du vivant (assez simple pour que même vd22 comprenne, c'est dire). Il y a pas mal d'étudiant qui font des thèses ou des stages dans ce musée aquarium, et tout un pan explique les recherches qu'on peut faire à partir des poissons (y a 4 ans, on essayait de produire de l'électricité à partir d'un poisson vivant, en le laissant en vie, ça alimentait plusieurs bassins), et si vous avez de la chance, vous verrez une pieuvre qui court dans le musée parce qu'elle s'est échappée de son bassin.

En vous promenant dans la ville vous pourrez admirer le parc de la pépinière, où se déroule souvent des expositions (actuellement il y a le Nancy Jazz Pulsation, un festival qui allie Jazz et musique moderne, c'est pas donné, mais ça vaut le détour, genre le jazz rap ça vaut le détour). Malheureusement ce parc est souvent bondé en été, c'est pourquoi en remontant vers vandoeuvre, pas loin de la faculté des sciences, vous trouverez le jardin du Montet, qui est un parc premièrement à vocation scientifique, puisque toutes les plantes sont étudiées, mais les gens peuvent se promener librement sur le chemin et dans l'herbe (tant qu'on marche pas dessus) l'accès aux serres de cultures est payant, mais il y a une diversité assez intéressante, et les différents biomes sont expliqués aux néophytes (en plus vous pourrez voir un stagiaire encore bourré de la veille s'écraser dans les cactus). Entre nous, la faculté des sciences est à côté, alors à moins que ça ne soit pour me dire bonjour, je vous déconseille d'y aller.

Nancy c'est aussi une ville qui bouge énormément (1/5 de la population est étudiante) et les places à l'opéra de Nancy sont réduites voire souvent gratuites lorsqu'on est étudiant, les spectacles sont adaptés au public (genre l'orchestre symphonique de la ville qui fait la B.O. de Star Wars).

Je pourrais également vous parlez des thermes, du jardin d'eau ou de la sapinière, mais je pense qu'un petit détour vaut mieux qu'un grand discours.

Petit bémol sur Nancy cependant, la richesse de la ville est avant tout faite des événements, des spectacles plus que de la beauté naturelle de la cité ou des expositions permanentes, si vous voulez venir, choisissez correctement vos dates.

(Je pourrais parler également des salles de concerts très attrayantes, des bars de Nancy ou des boites mais ce n'est pas le propos).
On passe à Epinal :

Epinal est une ville pas très grande, coincées entre Dijon, Reims, Troyes, Nancy, Metz, Belfort, Strasbourg et Besançon. Autant vous dire que ce n'est pas hyper attractive. Pourtant, la ville essaye de se battre avec ses armes contre les grandes villes.
Faisons une revue de ce qu'on peut y trouver :

Le musée d'art ancien et contemporain, avec une belle expo permanente qui n'a pas changé depuis... plus de 10 ans, donc ne prenez pas la peine d'y aller.
Le château et son parc qui permettent de jolies balades aussi longues que dépaysantes, puisqu'on peut trouver un "zoo" pour les enfants, de grands jardins qui feront penser à de la nature au cœur de la cité spinalienne.

Le musée de l'imprimerie, et l'imprimerie, bien entendu. Qui n'a jamais entendu parler des images d'Epinal? Ce gage de qualité graphique, un peu désuet qu'on trouve dans les manuel d'histoire? Il faut savoir que l'imagerie et l'imprimerie d'Epinal (c'est la même chose) est la plus vieille en Europe (je dirais même du monde, mais on me dirait chauvin), cette imprimerie a failli être rasé, après la mise en faillite des propriétaires il y a 5-6 ans, mais, la ville a réussi à racheter cela et met depuis, pas mal de moyens en œuvre pour redorer le blason et attirer le chaland dans l'art de l'imagerie traditionnelle. (J'ai la DDHC en image d'Epinal chez moi)

La MJC planétarium, elle est appartient à la ville et est tenue par des bénévoles lorrains. Le jour, vous pourrez avoir des récapitulatifs sur les étoiles, des ateliers scientifiques pour les petits et les grands, mais soyons honnêtes, c'est la nuit que cela commence. Vous pourrez observer les étoiles et les planètes, avoir moult informations sur chacune d'entre elles (parce que je viens du ciel, et les étoiles entre elles). Le bénévole qui s'occupe la plupart du temps est bien plus que passionné, il adore le fait qu'on s'intéresse aux étoiles, s'il a le temps, il vous préparera le repas, et vous tiendra éveiller jusqu'au petit matin, sans cesser d'être intéressants. Plusieurs de mes connaissances le qualifie de meilleur observatoire de l'est de la france, et qu'il gagnerait à être connu par rapport à Strasbourg.

Voilà c'est quasiment tout de permanent sur Epinal. Mais encore une fois, passons maintenant aux armes véritables de la vie : les événements et les festivals. Au mois de mars, vous pourrez faire le combo : Senyu (convention otaku) les cybériades (jeu vidéos) et Jeux & cie un grand festival qui permet à chacun de jouer, des jeux en bois, des jeux d'autres continents, vieux jeux, jeux récents, jeux de cartes, jeux de rôle, jeux de figurines, il y a vraiment tout sur place.

En mai juin, vous aurez divers festival, dont les imaginales, consacrés aux mondes fantastiques (principalement par le biais de la littérature fantasy). Rue & cie pendant lequel des spectacles de différents types ont lieu dans les rues (théâtres, comédies, art du cirque...) Les larmes du rires où vous verrez du burlesque, du comique, du cocasse, au cœur de la ville.
Et enfin, Epinal bouge l'été, pendant les mois de juillet et d'aout, chaque mercredi et samedi, la ville propose un concert gratuit. Et il y en a vraiment pour tous les gouts (en même temps pendant 2 mois à raison de deux concerts par mois, on touche vraiment à tout).

Voilà, dans le coin ou trouve le musée de la broderie et le musée de la lutherie à Mirecourt, le festival international de la géographie à Saint-Dié des Vosges.

Alors n'hésitez pas!
Et à Saint-Dié des Vosges, y a aussi le meilleur bar à bières que je connaisse, le Darou.
C'est pas forcément culturel, mais comme on est dans les Vosges, se torcher fait quand même partie du patrimoine local donc ça passe.
​Pour les Parisiens ou banlieusards (les autres peuvent crever la gueule ouverte) qui chercheraient une idée musée pour un des week-ends pluvieux qui vont bientôt s'annoncer, je vous propose le musée Guimet sur les arts asiatiques.
J'en n'avais jamais entendu parler jusqu'à la semaine dernière, pourtant il est vachement bien, et plutôt bien situé (place Iéna dans le 16e arrondissement).

Donc les arts asiatiques ! Le musée, qui s'étend sur 3 grands étages spacieux, propose donc un voyage à travers l'art japonais, indien, chinois, arabe et j'en passe. On a ainsi de très belles céramiques (pour qui aime les céramiques), de jolies estampes, des sculptures monumentales. L'architecture du musée en soi donne une sensation assez agréable de liberté, avec de grands espaces ouverts.

Une bonne idée de sortie culturelle donc, comptez 2 à 3 heures pour visiter le musée à une vitesse moyenne. Je vous conseille de commencer par le 2e étage (art japonais - chinois - coréen) qui est d'après moi le plus intéressant, avec les pièces les plus dignes d'intérêt.
Y a une expo temporaire sur les objets en jade aussi actuellement, que je n'ai pas faite, donc je sais pas ce que ça vaut.
Et de mémoire, l'entrée est à 7,50 euros (gratuite pour les moins de 26 ans), mais ça les vaut largement !
J'savais pas où mettre ça : hier, suis allé voir Novecento, de Baricco (l'auteur de Soie, déjà évoqué sur le topic bouquins).
André Dussollier récitant un monologue, accompagné par un quartet de jazz. L'histoire jongle entre passé et présent et narre la vie de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento, un pianiste virtuose qui ne quittera jamais le paquebot sur lequel il est né.
Mise en scène épatante, force du texte, Dussollier très fringant pour ses 70 printemps et quelques... Vraiment une bonne soirée, je conseille aux Franciliens qui ont jusqu'au 1er octobre pour aller voir ça au théâtre du Rond-Point !

Ah et pour l'anecdote, on a vu juste avant le début de séance débarquer 3 gorilles en costard-cravate. Deux minutes plus tard, est venu s'asseoir juste devant nous à même pas 5 mètres notre ancien président de la République (le normal, pas l'excité). Il était d'ailleurs en charmante compagnie, même si j'ai pas vraiment reconnu Julie Gayet...
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum. Se connecter / s'inscrire.